Sommet des Brics : comment l’influence de la Chine et de la Russie s’accroît en Afrique

Détrôner le dollar roi, symbole de l’hégémonie occidentale. Aussi ambitieux que complexe, cet objectif sera l’un de ceux abordés lors du sommet des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud), réunis du mardi 22 au jeudi 24 août à Johannesburg, en Afrique du Sud.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa accueille à Johannesburg ses homologues brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva, et chinois, Xi Jinping. L’Inde est représentée par son Premier ministre Narendra Modi et la Russie par son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

Le kilomètre carré le plus riche d’Afrique accueille cette semaine un grand sommet international avec un mélange de fierté, de soulagement et un soupçon de malaise.

Sandton – un quartier bancaire prestigieux situé à la périphérie de Johannesburg, ville sud-africaine de plus en plus délabrée – accueille la dernière réunion du groupe des Brics, un bloc ambitieux mais amorphe de pays (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), unis par le désir de contester ce qui est perçu comme la domination de l’Occident dans les affaires mondiales. Des dizaines d’autres nations font la queue pour s’y joindre.

La vague actuelle de soulagement ressentie ici en Afrique du Sud à l’égard des Brics peut s’expliquer par la récente décision du président Vladimir Poutine de ne pas participer au sommet.

S’il avait insisté pour venir, l’Afrique du Sud aurait finalement dû clarifier sa position quant à l’exécution de son obligation internationale d’arrêter le dirigeant russe pour des crimes de guerre présumés en Ukraine.

Produisant un quart de la richesse mondiale et comptant 42% de la population du globe, les Brics ont en commun leur revendication d’un équilibre politique et économique mondial plus inclusif, en particulier vis-à-vis des Etats-Unis et de l’Union européenne. Le groupe cherche à étendre son influence et réfléchit à s’élargir.

Épargnés de ce défi embarrassant, les responsables sud-africains se délectent à présent de leur rôle d’hôte, remplissant fièrement les boîtes de réception des journalistes d’un flot de courriels concernant les petits-déjeuners des Brics, les foires commerciales, les dialogues sur les townships et autres sujets similaires.

Ce degré inhabituel d’enthousiasme officiel sert, selon certains observateurs, à souligner à quel point et à quelle vitesse ce pays semble s’éloigner de l’Occident, non seulement vers un monde plus multipolaire, mais aussi fermement dans l’orbite de la Chine et, dans une moindre mesure, dans celle de la Russie.

Lors d’une récente réunion préalable au sommet des ministres des Affaires étrangères des Brics au Cap, un journaliste russe s’est penché vers moi lors d’une conférence de presse et a déclaré : « Vous pouvez conserver votre paradis des droits de l’homme [en Occident]. Nous sommes en train de refaire le monde. »

Les Brics en sont peut-être encore à leurs balbutiements, mais ils génèrent – du moins dans certains milieux – un sentiment d’énergie et d’enthousiasme véritable et perturbateur.

Un collègue qui a assisté à un atelier sur la politique étrangère organisé par le gouvernement sud-africain m’a parlé d’un consensus écrasant là-bas selon lequel la Chine était l’avenir et que l’Occident était en déclin.

C’est là que le malaise de l’Afrique du Sud entre en ligne de compte.

Le président Cyril Ramaphosa, riche homme d’affaires, est parfaitement conscient du fait que l’économie locale, durement touchée par le Covid et confrontée aux taux de chômage et d’inégalité les plus élevés au monde, a désespérément besoin de davantage d’investissements étrangers pour échapper à une crise qui s’aggrave.

La Russie n’est certainement pas la solution. Ses relations commerciales avec l’Afrique du Sud sont quasiment inexistantes.

La Chine est un acteur de plus en plus important, mais elle est néanmoins éclipsée par les échanges commerciaux de longue date avec l’Union européenne (UE) et les États-Unis, ainsi que par les investissements de ces derniers.

Alors pourquoi l’Afrique du Sud mettrait-elle en péril ces relations clés avec l’Occident – déjà tendues – à une époque de profonde incertitude économique ?

La réponse, au moins en partie, semble se trouver au sein du parti au pouvoir, de plus en plus fatigué et erratique.

Après trois décennies au pouvoir, le Congrès national africain (ANC) lutte pour se débarrasser des luttes intestines, de la corruption et du chaos administratif.

Face à la guerre en Ukraine, par exemple, le gouvernement sud-africain a proposé un ensemble de réponses confuses : il a d’abord condamné l’invasion, puis a refusé ostensiblement de la condamner, a ensuite blâmé l’OTAN, a fait l’éloge de M. Poutine, s’est proposé comme médiateur de paix, a accueilli des exercices navals russes, s’est empressé de s’expliquer avec Washington et a répété avec désinvolture les points de discussion du Kremlin.

Enfin, il reste à savoir si l’Afrique du Sud a fourni des armes à la Russie l’année dernière, comme le prétendent les États-Unis.

Il ne fait aucun doute que le président Ramaphosa est profondément mal à l’aise face à l’invasion de la Russie et qu’il tient à se présenter comme un défenseur sage et neutre d’un monde plus multipolaire.

Mais de nombreux membres de son gouvernement et de son parti sapent régulièrement cette position, invoquant souvent la nostalgie du soutien de Moscou pendant la lutte contre l’apartheid et une méfiance plus générale à l’égard de la politique étrangère des États-Unis.

Ce message désordonné a réussi à irriter toutes les parties au conflit et à faire apparaître l’Afrique du Sud comme un pays faible et indécis.

La « nation arc-en-ciel » de Nelson Mandela est certainement en difficulté en ce moment, certains allant même jusqu’à dire qu’elle pourrait bientôt devenir un « État en faillite ».

Le président brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva accueilli à Johannesburg.
Légende image,Le président brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva accueilli à Johannesburg.

Mais le sommet des Brics de cette semaine offrira au Kremlin une plate-forme utile pour présenter sa propre diplomatie, bien plus stratégique et efficace.

Le coup d’État au Niger et la possibilité que les mercenaires russes opportunistes et voyous du groupe Wagner puissent exploiter le chaos à leur profit, comme ils l’ont déjà fait au Mali et en République centrafricaine (RCA), ont sans doute récemment fait la une des journaux du continent.

Mais ce qui est au moins aussi important, c’est le succès avec lequel Moscou, par l’intermédiaire de son ministre des affaires étrangères Sergueï Lavrov, qui voyage beaucoup, et grâce à des messages médiatiques astucieux, a réussi à se présenter – après des décennies de présence quasi inexistante sur le continent – comme une alternative crédible à l’influence « coloniale » de l’Occident en Afrique.

Dans les pays confrontés à la pauvreté, à l’impact du changement climatique, à des populations de plus en plus jeunes et à un chômage croissant, la frustration engendrée par le statu quo a conduit de nombreuses personnes à s’ouvrir à de nouvelles alternatives.

D’où la question suivante : qu’ont fait les pays occidentaux pour défier la Russie ?

Il est bien sûr dangereux de faire des généralisations sur ce continent, et il est à la fois faux et offensant de suggérer que les gouvernements africains ne sont que des pions dans une guerre froide renaissante.

Mais où est la version occidentale des Brics ? Le Royaume-Uni a un « ministre de l’Afrique », mais presque personne n’a jamais pris la peine de rester à ce poste plus d’un an.

La préoccupation pour les projets de développement, les conditions strictes et les invitations à l’étranger triées sur le volet pour des dirigeants africains préférés, ont alimenté l’affirmation selon laquelle la France, le Royaume-Uni et d’autres anciennes puissances coloniales traitent toujours le continent comme une crise fastidieuse à gérer, plutôt que comme un partenaire à soutenir.

Cette affirmation est peut-être injuste. Après tout, les nations occidentales ont, pendant des décennies, consacré beaucoup d’énergie et d’argent à soutenir les services de santé, les entreprises et les gouvernements du continent.

Mais le rôle des armées occidentales – les troupes françaises et les drones américains en particulier – dans des pays comme le Niger et la Somalie a suscité de vives réactions.

Cela explique peut-être pourquoi la vision alternative des Brics gagne du terrain sur ce continent, et pourquoi le bloc présentera ses arguments, avec force et assurance, dans les salles de conférence de Sandton cette semaine.

World Opinions + Agences

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

L’ONU craint que la pauvreté n’aie explosée à Gaza et en Cisjordanie à cause de la guerre.. Vidéos

Le "choc" également socio-économique de la guerre entre Israël et le Hamas va entraîner des centaines de milliers de Palestiniens dans la pauvreté, alerte l'ONU, mettant en garde contre les impacts à long terme à Gaza mais aussi en Cisjordanie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 ⁄ 14 =