L’inflation au plus bas depuis plus d’un an aux Etats-Unis

L’inflation continue de ralentir aux Etats-Unis, et est tombée en février à son plus bas niveau depuis près d’un an et demi, mais la Fed, chargée de lutter contre cette hausse des prix, est désormais sous pression avec la faillite de la banque SVB.

La hausse des prix à la consommation s’est établie à 6,0% sur un an en février, comme attendu, contre 6,4% en janvier, selon l’indice CPI publié mardi par le département du Travail.

Il s’agit de son plus faible niveau depuis septembre 2021, et de son huitième mois de ralentissement d’affilée, après un pic à 9,1% en juin.

Sur un mois seulement, l’inflation ralentit également, à 0,4% contre 0,5%, conforme là aussi aux attentes des analystes, après avoir enregistré un rebond en janvier.

« Inflation sous-jacente »

« L’inflation CPI a enregistré la progression attendue, mais l’inflation sous-jacente s’est montrée plus forte que prévu », a commenté Rubeela Farooqi, économiste pour HFE.

L’inflation dite sous-jacente en effet, qui exclut les prix de l’alimentation et de l’énergie, est repartie à la hausse sur un mois, à 0,5% contre 0,4%. Sur un an cependant, elle ralentit, à 5,5%, son plus faible niveau depuis décembre 2021.

Augmentation des prix des logements

Les prix des logements sont ceux qui continuent à grimper le plus, « représentant plus de 70% de l’augmentation » sur un mois, détaille le département du Travail dans son communiqué.

L’alimentation, les loisirs et l’ameublement contribuent également à cette inflation toujours forte.

Bonne nouvelle cependant, les prix de l’énergie, qui avaient flambé au printemps 2022 à cause de la guerre en Ukraine, continuent leur repli, et sont en baisse de 0,6% par rapport à janvier, mais en hausse de 5,2% sur un an.

Faillite de la banque SVB

C’est la banque centrale américaine (Fed) qui est chargée de juguler cette inflation, qui, malgré ce nouveau ralentissement, reste très élevée. La Fed privilégie une autre mesure de l’inflation, l’indice PCE, qu’elle veut ramener autour de 2% mais était reparti à la hausse en janvier, à 5,4% sur un an.

Son principal outil est de relever ses taux, ce qui renchérit le coût du crédit, afin de pousser les ménages à moins consommer. Cela doit, in fine, desserrer la pression sur les prix.

Le président de la Fed, Jerome Powell, avait prévenu il y a tout juste une semaine que l’institution pourrait resserrer sa politique monétaire plus que prévu, en raison de cette inflation trop forte, poussée par une consommation qui ne faiblit pas et un marché de l’emploi toujours tendu avec un manque persistant de travailleurs.

Mais la faillite de la banque californienne SVB et les turbulences sur le secteur bancaire, provoquées en partie par les fortes hausses de taux décidées par la Fed depuis un an, risquent de changer la donne.

World Opinions / Agences

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

L’ONU craint que la pauvreté n’aie explosée à Gaza et en Cisjordanie à cause de la guerre.. Vidéos

Le "choc" également socio-économique de la guerre entre Israël et le Hamas va entraîner des centaines de milliers de Palestiniens dans la pauvreté, alerte l'ONU, mettant en garde contre les impacts à long terme à Gaza mais aussi en Cisjordanie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
19 − 8 =