Musiques – JO 2024. Le breakdance, cette danse entre art et sport qui fait son entrée aux JO.. Vidéos

Les 9 et 10 août prochains, la scène ouverte de la Place de la Concorde à Paris accueillera les premières épreuves olympiques de breakdance. Seize B-Boys et seize B-Girls de tous pays s’affronteront à un contre un dans des battles qui s’annoncent d’ores et déjà spectaculaires.

Pas de pointes ni de tutus, pas d’arabesque non plus, mais des enchaînements spectaculaires de mouvements saccadés, glissades sur le ventre, toupies sur la tête, équilibre à une main, saltos en avant et en arrière. Le breakdance, cette danse née dans les rues de New York comme toute la culture hip-hop, s’apprête à devenir une discipline olympique aux prochains Jeux olympiques de Paris.

« Cette discipline se démarque par sa dimension acrobatique, ses figures au sol ainsi que par le rôle clé joué à la fois par le DJ et le MC (maître de cérémonie) lors des battles », rappelle le site des JO de Paris 2024. Une discipline certes, mais le breakdance est-il plutôt une danse ou un sport, une performance physique ou artistique?

Pour la danseuse et professeure de breakdance Milady Lubrano, la réponse est claire: « Le breakdance est avant tout un art, puisque c’est de la danse. Cet art fait partie du mouvement culturel et artistique hip-hop comme le rap, le MCing pour le chant, le DJing pour la musique ou encore le graff pour le dessin », indique-t-elle dans l’émission Vertigo du 26 avril.

De la danse pour contrer la violence

Cette danse est née dans les années 1970, à une époque où brutalité et pauvreté règnent dans les rues de Manhattan. La municipalité de New York décide alors d’éloigner cette violence du centre vers les quartiers périphériques, donnant naissance aux ghettos de Harlem, du Queens, de Brooklyn ou du Bronx, berceau du hip-hop, rappelle Milady Lubrano, également autrice du livre « Les danses de la culture hip-hop » paru aux éditions L’Harmattan.

Les guerres entre gangs, notamment dans les communautés afro-américaines et latinos, font alors des ravages. Et pour inciter les jeunes à se dépenser dans un cadre artistique plutôt que violent, le hip-hop, dont le breakdance est l’un des volets, apparaît alors comme une activité idéale.

Lors des prochains JO de Paris, sous l’égide d’un DJ et d’un MC, les danseurs et danseuses enchaîneront les « powermoves », les coupoles, les « six-step » ou encore les « freezes » en s’adaptant et en improvisant sur le son. Le breakdance fait partie des quatre sports additionnels au programme de la manifestation, avec le surf, le skateboard et l’escalade, qui figuraient déjà au menu des derniers Jeux de Tokyo.

World Opinions + RTS Culture

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

Film norvégien « Handling the Undead ».. Vidéo

Avec ce film, la réalisatrice Thea Hvistendahl a livré un premier long-métrage de fiction "au sein d'un palmarès de films engagés", a indiqué samedi le NIFFF, lors de la clôture du festival. Cette oeuvre raconte les retrouvailles avec des proches récemment décédés et la difficulté de faire son deuil.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
8 × 22 =