Débats. Les résultats des difficiles consultations gouvernementales en Allemagne

Les trois partis de la coalition au pouvoir en Allemagne ont eu besoin de trois jours pour trouver un compromis sur le climat et l’énergie. Les Verts sont critiqués.

L’Allemagne est souvent présentée à l’étranger comme le pays du compromis politique : beaucoup de décisions sont prises sur la base de négociations plutôt que par l’instauration d’un rapport de force. Mais cette fois-ci, les trois partis qui composent le gouvernement de coalition ont eu besoin de trois longs jours pour réussir à se mettre d’accord. Et à éviter une crise politique majeure.

A en croire le chancelier Olaf Scholz « Ça valait la peine ».

Olaf Scholz dans l'émission
Le chancelier (SPD) a dû ménager ses deux partenaires de coalition : le FDP et les Verts
Image : Svea Pietschmann/ZDF/dpa/picture alliance

Sept points principaux

Le SPD d’Olaf Scholz, les écologistes et les libéraux du FDP sont parvenus à arrondir les angles dans deux grands domaines : la protection du climat et le secteur des transports. Leurs décisions portent sur sept points principaux :
 

  • Une loi sur le climat

L’économie allemande doit tendre vers la neutralité climatique. Les textes de lois actuels prévoient des objectifs chiffrés à chaque secteur de l’économie (l’énergie, le bâtiment, les transports). Or ces objectifs sont difficiles à atteindre, selon le ministre libéral des Transports.

Le gouvernement a donc résolu d’assouplir les textes en mettant en commun les émissions de CO2 de tous les secteurs pour faire un calcul global et trouver des solutions qui dépassent les secteurs pris individuellement.
 

  • Une loi sur l’efficacité énergétique

Le gouvernement entend accélérer le développement des énergies renouvelables et améliorer l’efficacité de la consommation d’énergie. Les nouveaux objectifs devront être atteints dès 2030.
 

Parc éolien dans un champ du sud de l'Allemagne
Les énergies renouvelables doivent être encouragées en Allemagne
Image : Tom Weller/dpa/picture alliance
  • Davantage de surfaces consacrées aux énergies renouvelables

Pour pouvoir construire des parcs solaires ou éoliens par exemple, les communes auront davantage de libertés dans l’attribution des terrains. Les terrains en bordure de routes, d’autoroutes et de chemins de fer seront privilégiés pour accueillir des panneaux solaires et des éoliennes.
 

  • Planification accélérée

Cette loi est censée faciliter l’adoption de nouveaux tracés pour 144 autoroutes. Les Verts et le FDP se sont beaucoup opposés sur ce texte : les écologistes voulaient promouvoir avant tout la construction de chemins de fer.

Par ailleurs, ce texte doit accélérer la rénovation des nombreux ponts endommagés du pays.
 

  • Financement du rail

Le gouvernement estime que la Deutsche Bahn, qui gère les chemins de fer allemands, a besoin de près de 45 milliards d’investissements d’ici 2027. Une partie de ces fonds proviendra de l’augmentation des péages autoroutiers pour les poids lourds.
 

Le chancelier Olaf Scholz (SPD, 3e à partir de la gauche) sort de la chancellerie après la fin de la réunion du comité de coalition
Le chancelier allemand estime que le dialogue avec les partenaires de coalition était important
Image : Bernd von Jutrczenka/dpa/picture alliance
  • Carburants de synthèse

Les libéraux du FDP défendent les carburants de synthèse qui émettent aussi du CO2. Le gouvernement va encourager la recherche scientifique et la production pour que ces carburants puissent être vendus dans les stations essence.
Ces carburants permettraient de maintenir les moteurs à combustion que l’Union européenne veut interdire à l’horizon 2035, mais auxquels tiennent notamment les constructeurs automobiles allemands.
 

  • Le chauffage

La proposition de loi sur l’introduction de modes de chauffage plus écologiques est adoucie. Elle suggère que, « dans la mesure du possible », chaque chauffage provienne à partir de 2024 d’au moins 65% d’énergies renouvelables.

Feu tricolore avec le Reichstag en arrière-plan, à Berlin
La coalition gouvernementale est surnommée « tricolore » en raison des couleurs qui symbolisent les partis et qui sont les mêmes que celles des feux de circulation
Image : Dwi Anoraganingrum/Geisler-Fotopress/picture alliance

Les réactions

Ces conclusions, âprement négociées, voici ce qu’en disent les trois partis de gouvernement : les sociaux-démocrates (SPD) sont satisfaits, ils sont parvenus à ménager les libéraux et les écologistes. Selon le SPD, les nouvelles mesures permettront à l’Allemagne de maintenir sa puissance économique tout en amorçant la transition énergétique.

Le président du groupe parlementaire libéral (FDP) se félicite des nouvelles infrastructures qui vont être construites et salue « le plus important paquet de mesures de modernisation de ces dernières décennies ».

Satisfaction affichée également chez les Verts, bien que mesurée. La présidente du parti écologiste estime qu’il faudra rediscuter de certains points. Elle insiste sur le fait que chaque nouveau kilomètre d’autoroute qui sera construit devra obligatoirement être équipé de panneaux solaires.

A droite, la tête du groupe CSU au Bundestag ironise sur la faible portée des annonces et le tout « petit dénominateur commun » trouvé par les trois partis de la coalition.

A gauche, au contraire, die Linke rejoint certaines organisations de défense de l’environnement qui reprochent au gouvernement – et principalement aux Verts – d’avoir capitulé devant le FDP et bradé les réglementations pour la protection du climat.

Le chef de la Deutsche Bahn, Richard Lutz, qualifie les investissements prévus dans le rail de « jalon réel pour le réseau ferroviaire du futur ».

Et pour finir, les organismes sociaux critiquent le fait que les partis de gouvernement n’aient pas bien placé ses priorités : les trois partis n’ont pas planché sur l’avenir des allocations de base pour les enfants.

World Opinions – DW FR

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

Biden demande au Congrès de voter une aide de 105 milliards pour l’Ukraine, Israël et la frontière sud des Etats-Unis.. Vidéo

Joe Biden a demandé une rallonge budgétaire au Congrès, ce vendredi, d’un montant total de 105,85 milliards de dollars pour lutter contre les crises internationales et l’immigration illégale. Pour le président démocrate, il sera difficile d’arracher un consensus politique aux Républicains actuellement en proie à une crise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
9 + 14 =