20 ans après, le gouvernement des États-Unis continue de piétiner les droits humains à la prison de Guantánamo

La prison militaire de Guantánamo Bay continue de favoriser de graves violations des droits humains imputables au gouvernement des États-Unis. À l’approche du 20e anniversaire de l’ouverture de cette prison militaire, le 11 janvier 2001, Daphne Eviatar, directrice du Programme Sécurité et droits humains à Amnesty International États-Unis,a déclaré :

« C’est une date anniversaire qui n’aurait jamais dû être atteinte. Depuis le gouvernement de George Bush, il existe un consensus parmi les experts en sécurité nationale et l’ensemble de la classe politique au sujet de la nécessité de fermer la prison de Guantánamo – site tristement connu pour la torture et la détention injustifiable pour une durée illimitée.

« Le président Joe Biden doit tenir son engagement et fermer Guantánamo définitivement. Plus la prison reste en fonctionnement, plus elle mine la crédibilité des États-Unis dans le monde sur le terrain des droits humains. »

Complément d’information

Vingt ans après sa création sur une base militaire extraterritoriale au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, Guantánamo abrite toujours 39 détenus musulmans, et constitue un exemple flagrant d’islamophobie et de racisme. Aucun d’entre eux n’a bénéficié d’un procès équitable et ils sont maintenus indéfiniment en détention, en violation du respect des procédures légales et d’autres droits fondamentaux reconnus par le droit international.

Les commissions militaires à Guantánamo n’ont pas permis de rendre justice aux victimes des attentats du 11 septembre, tout en privant les accusés des garanties d’une procédure légale.

Amnesty International États-Unis parraine une série d’actions et d’événements publics en vue d’exhorter le président Joe Biden à fermer la prison de Guantánamo cette année.

World Opinions + Amnesty International

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

Iran. Les forces de sécurité ont eu recours au viol et à d’autres formes de violences sexuelles pour écraser le soulèvement « Femme. Vie. Liberté. » en toute impunité

Les forces de sécurité iraniennes ont recouru au viol et à d’autres formes de violences sexuelles constituant des actes de torture et d’autres formes de mauvais traitements, afin d’intimider et de punir des manifestant·e·s pacifiques lors du soulèvement « Femme. Vie. Liberté. » de 2022, écrit Amnesty International dans un nouveau rapport publié mardi 6 décembre 2023.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 − 5 =