Toyota vise 3,5 millions de véhicules électriques vendus par an dès 2030

Toyota prévoit d’écouler 3,5 millions de véhicules électriques par an à partir de 2030, et compte lancer 30 modèles de cette catégorie d’ici là, a annoncé mardi son PDG Akio Toyoda lors d’une conférence de presse à Tokyo.

Il s’agit presque du double du précédent objectif en la matière du géant automobile japonais: celui-ci tablait jusqu’à présent sur des ventes annuelles de 2 millions de véhicules électriques et à pile à combustible par an à l’horizon 2030.

La marque haut de gamme du groupe, Lexus, va devenir 100% électrique d’ici 2030 en Europe, Amérique du Nord et Chine, soit 1 million d’unités par an, et « dans le monde entier d’ici 2035 », a précisé Akio Toyoda.

Les investissements de Toyota dans les batteries sur la décennie en cours vont passer à 2000 milliards de yens (16,25 milliards de francs), a encore ajouté le PDG, soit une hausse de 33% par rapport au précédent montant (1500 milliards de yens) qui avait été annoncé en septembre.

Quinze modèles d’ici 2025

Contrairement à de nombreux autres constructeurs automobiles, Toyota, redevenu numéro un mondial du secteur en 2020, a longtemps tardé à se mettre sérieusement aux véhicules 100% électriques, ayant préféré miser sur les hybrides et explorer aussi la piste de l’hydrogène.

Mais le groupe multiplie depuis cette année les annonces dans le tout-électrique. Il avait annoncé en avril vouloir lancer 15 modèles d’ici 2025 sur ce segment, et début décembre il a dit se préparer à vendre 100% de véhicules neufs « zéro émission » à partir de 2035 en Europe de l’Ouest.

World Opinions / RTS info / ats/vajo

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

Les Etats-Unis poursuivent Amazon pour monopole « illégal »

Après des années d'enquêtes, et de tensions entre les pouvoirs politiques et Amazon, l'autorité américaine de la concurrence (FTC) et 17 Etats ont porté plainte mardi contre le géant des technologies, l'accusant de "maintenir illégalement son monopole" grâce à des "stratégies anticoncurrentielles et déloyales".

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
21 − 3 =