France : Un Marocain parmi les gagnants de l’European BEST Engineering Competition

L’élève ingénieur marocain Hicham Bouanani fait partie du groupe qui a remporté le Hackathon de l’European BEST Engineering Competition Paris Saclay 2021. Avec ses camarades Simon Tronchi, Arnaud Petit et Matthieu Annequin, le quatuor a réussi à innover dans une solution de «description en langage naturel d’un arbre à partir de sa position». Etudiant à CentraleSupélec, Hicham et son équipe ont remporté cette étape dans la catégorie Design.

«Nous avons utilisé pour cela l’API d’OpenStreetMap et codé une WebApp avec un Backend assuré par Python qui permet de prendre des coordonnées GPS en entrée et affiche le tronçon de route le plus proche du point en question», a indiqué Simon Tronchi. «Pour optimiser le temps de calcul, nous avons mis en place des calculs parallèles et une utilisation asynchrone de l’API. Nous avons de plus utilisé un cache qui limite le nombre de requêtes», a-t-il ajouté.

Cette victoire permettra au groupe de représenter CentraleSupélec et l’Université Paris-Saclay, au cours de la dernière phase qui précède la grande finale, marquée par la participation d’équipes de toute l’Europe.

Cette compétition est organisée par le Board of European Students of Technology. Il s’agit de la plus grande compétition d’ingénierie d’Europe, qui connaît la participation de plus de 6 500 élèves-ingénieurs. L’évènement tend à promouvoir la coopération et les échanges entre une centaine d’écoles d’ingénieurs et d’universités, à travers 34 pays d’Europe.

World Opinions / yabiladi.com

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

Iran. Les forces de sécurité ont eu recours au viol et à d’autres formes de violences sexuelles pour écraser le soulèvement « Femme. Vie. Liberté. » en toute impunité

Les forces de sécurité iraniennes ont recouru au viol et à d’autres formes de violences sexuelles constituant des actes de torture et d’autres formes de mauvais traitements, afin d’intimider et de punir des manifestant·e·s pacifiques lors du soulèvement « Femme. Vie. Liberté. » de 2022, écrit Amnesty International dans un nouveau rapport publié mardi 6 décembre 2023.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
33 ⁄ 11 =