Pourquoi les putschistes du Niger expulsent les militaires français mais pas les troupes américaines qui combattent les djihadistes?

Moins de cinq mois après la destitution du président nigérien Mohamed Bazoum lors d’un coup d’État, la France, ancienne puissance coloniale, a retiré ce vendredi, ses dernières troupes qu’elle avait déployées dans cet État d’Afrique de l’Ouest pour combattre les militants islamistes qui menacent la stabilité de la région.

Les relations avec Paris sont au plus bas – l’ambassadeur de France Sylvain Itté est parti en septembre sur l’insistance de la junte militaire – tandis que l’Union européenne (UE) est également snobée.

Les adieux se sont matérialisés ce vendredi, avec le départ du personnel de l’ambassade de France au Niger et la fermeture de cette mission diplomatique pour une durée indéterminée.

L’ambassade déclare qu’elle « n’est plus en mesure de fonctionner normalement ni de remplir ses missions » en raison des restrictions imposées par le gouvernement militaire du Niger.

Le personnel local de l’ambassade a également été licencié, a indiqué l’ancien ambassadeur de France, Sylvain Itté, dans une lettre.

Ce matin, le dernier avion transportant les militaires français qui se trouvaient encore au Niger a quitté Niamey cette fin de matinée.

La junte, dirigée par le général Abdourahmane Tchiani, a unilatéralement annulé les accords en vertu desquels des spécialistes de l’UE formaient depuis de nombreuses années les forces de sécurité nigériennes.

Le président destitué Bazoum considère la France comme un partenaire militaire crucial. Lorsque les troupes françaises et d’autres forces spéciales européennes se sont retirées du Mali en 2022, il leur a demandé de se redéployer dans les fragiles zones frontalières ouest du Niger en proie aux attaques jihadistes, où elles opéraient alors sous commandement nigérien.

Mais après la condamnation virulente du président Emmanuel Macron du coup d’État du 26 juillet et son soutien public à M. Bazoum, toujours détenu dans sa résidence présidentielle, les nouveaux dirigeants militaires du Niger ont opté pour un changement radical de politique, exigeant le retrait des Français.

La plupart des 1 500 militaires français sont partis depuis et les derniers soldats déployés au Niger, 157 au total, ont quitté le pays vendredi matin, a annoncé l’armée nigérienne.

Manifestation citoyenne pour demander le retrait des troupes françaises du Niger le 28 septembre 2023.
Légende image,Manifestation citoyenne pour demander le retrait des troupes françaises du Niger le 28 septembre 2023.

Nouvelles alliances

La junte a choisi de s’appuyer sur une nouvelle alliance de défense avec les voisins du Burkina Faso et du Mali. Ils sont également tous deux soumis à un régime militaire et résistent aux demandes, notamment de la part du bloc régional ouest-africain de la CEDEAO, en faveur d’une restauration rapide d’une démocratie dirigée par des civils.

Pourtant, alors que la France et l’UE font preuve de froideur avec Paris, tenu pour responsable des problèmes et des crises de presque toutes sortes et même accusé de soutenir une rébellion des séparatistes touaregs en 2007, les États-Unis conservent une présence significative.

Washington a même envoyé un nouvel ambassadeur à Niamey en août.

Et la junte n’a pas exigé la fermeture des deux bases militaires américaines au Niger, où restent stationnés plus de 600 soldats américains.

Ces mesures sont importantes pour Washington, car des mercenaires russes du groupe Wagner se trouvent juste de l’autre côté de la frontière malienne pour aider la junte à combattre les jihadistes.

Il ne fait aucun doute que la France et son président Emmanuel Macron personnellement, font l’objet d’un ressentiment généralisé parmi les jeunes populations urbaines de toute l’Afrique de l’Ouest, et pas seulement dans les États du Sahel.

Des militaires en opération
Légende image,L’influence de la France en Afrique de l’Ouest a décliné depuis une série de coups d’État dans ses anciennes colonies

Perçu comme autoritaire, il suscite un ressentiment à un degré qui n’était pas le cas des précédents chefs d’État français, même de Nicolas Sarkozy, qui a eu le culot de dire à un auditoire sénégalais que l’Afrique n’était pas suffisamment entrée dans l’histoire.

La priorité que M. Macron a accordée à l’Afrique de l’Ouest, qu’il s’agisse d’efforts militaires contre les groupes djihadistes, de restitution des trésors culturels pillés ou d’un budget de développement considérablement augmenté, s’est retourné contre lui.

Les militaires qui ont pris le pouvoir au Niger, au Burkina Faso et au Mali ces trois dernières années ont tous joué de manière opportuniste la carte anti-française pour accroître leur popularité.

Alors que leurs pays subissent la pression d’un isolement économique croissant et d’un soutien réduit au développement et à la sécurité, l’ancienne puissance coloniale constitue un bouc émissaire utile.

Paris, et bien sûr Bruxelles, ont également payé le prix de leur fort soutien à la Cedeao.

Le protocole de démocratie et de bonne gouvernance adopté en 2001 par le bloc régional, constitue le fondement de sa position intransigeante à l’égard des putschistes et de ses efforts pour faire pression sur eux afin qu’ils prennent des mesures en vue du rétablissement d’un gouvernement élu, le Niger étant particulièrement visé par un blocus commercial et la menace de intervention militaire.

Pourtant, la Cedeao elle-même est largement impopulaire, souvent décrite comme un club de présidents qui a fermé les yeux sur les trucages électoraux et les manipulations constitutionnelles alors que les chefs d’État cherchent à prolonger leur séjour au pouvoir.

Comment Washington a su se positionner

Les troupes françaises, escortées par les forces nigériennes, se retirent de Niamey, au Niger, le 10 octobre 2023, sur ordre des dirigeants militaires nigériens.
Légende image,Les troupes françaises, escortées par les forces nigériennes, se retirent de Niamey, au Niger, le 10 octobre 2023, sur ordre des dirigeants militaires nigériens.

Dans ce contexte polarisé, où le général Tchiani et ses homologues maliens et burkinabè, le colonel Assimi Goïta et le capitaine Ibrahim Traoré, exploitent un puissant ressentiment nationaliste, les États-Unis ont joué un jeu public plus doux.

Il a attendu de nombreuses semaines avant de finalement reconnaître le renversement du gouvernement élu du Niger, ce qui, en vertu de la loi américaine, a automatiquement déclenché la suspension de la plupart de l’aide au développement.

Bénéficiant d’une image généralement favorable ou neutre en Afrique de l’Ouest, où il n’a pas d’histoire coloniale et où la guerre froide n’a laissé aucun héritage douloureux de conflit, Washington a été en mesure de maintenir un engagement diplomatique avec les régimes militaires d’une manière que Paris n’aurait pas pu faire sans une un désaveu humiliant de ses politiques fondamentales et de ses antécédents.

Les putschistes ont accepté de rencontrer de hauts responsables du Département d’État américain et de les entendre prononcer des messages publics inconfortables.

La semaine dernière, à Niamey, la capitale nigérienne, la secrétaire d’État adjointe aux Affaires africaines, Molly Phee, a appelé la junte à ouvrir des négociations avec la Cedeao après que le bloc ait proposé un assouplissement des sanctions en échange de progrès évidents sur le retour à l’ordre constitutionnel – et elle a proposé une incitation à s’engager dans cette voie.

Après le coup d’État, les États-Unis ont suspendu leur coopération militaire avec les forces de sécurité du Niger, mais Mme Phee a déclaré que Washington avait l’intention de reprendre la collaboration et le soutien au développement « par étapes », en réponse aux mesures prises par la junte pour restaurer la démocratie.

Outre les programmes de formation de longue date avec les forces nigériennes, les États-Unis disposent de bases de drones à Niamey et à Agadez, aux portes du Sahara, qu’ils considèrent comme cruciales pour surveiller l’activité des groupes jihadistes dans la région et des mercenaires de Wagner au Mali et en Libye.

Wagner aux aguets

Le régime du général Tchiani se sent donc en position de force pour négocier. Sur un ton affirmé, le Premier ministre Mahaman Lamine Zeine a déclaré mercredi : « Si les Américains veulent rester ici avec leurs forces, ils devraient nous dire ce qu’ils veulent faire ».

M. Zeine n’a pas hésité à laisser entendre que le Niger a d’autres prétendants et amis alternatifs si les États-Unis ne jouent pas le jeu.

Le vice-ministre russe de la Défense, le général Yunus-Bek Evkurov, s’est rendu à Niamey au début du mois.

Par ailleurs, le Sahel pourrait bien être un terrain d’essai prioritaire pour la réintégration des forces de Wagner dans une structure plus conventionnelle sous un contrôle plus strict de l’establishment officiel russe de la défense. Ce modèle plus orthodoxe pourrait avoir un certain attrait pour le Niger, qui a de fortes traditions militaires officielles.

Moscou tente également d’élargir son « offre » aux États sahéliens au-delà de la sphère sécuritaire, même si elle n’est pas équipée pour rivaliser avec le poids des donateurs au développement que sont l’UE, les États-Unis, l’Allemagne ou la France.

Le mois dernier, il a envoyé une équipe de médecins pour aider le Burkina Faso à faire face aux épidémies de dengue et de chikungunya.

Washington sait donc qu’il évolue dans un environnement diplomatique compétitif.

Il a peut-être adopté une ligne diplomatique publique plus douce que celle de Paris, mais il ne sera pas épargné par des dilemmes délicats et des choix difficiles face à des régimes militaires qui ne se sentent pas obligés de se tourner vers l’Occident ou même, dans certains cas, vers les Nations Unies.

Cependant, les dirigeants militaires du Niger sont également confrontés à des dilemmes épineux. Même si les ouvertures de la Russie et les déclarations de solidarité du Burkina Faso et du Mali apportent un certain réconfort politique, les réalités humanitaires et sécuritaires sont sombres.

Les États-Unis ont formé des troupes du Burkina Faso, du Niger et du Mali – tous désormais sous régime militaire
Légende image,Les États-Unis ont formé des troupes du Burkina Faso, du Niger et du Mali – tous désormais sous régime militaire.

Les efforts de M. Bazoum visant à réaffirmer le contrôle sécuritaire des zones frontalières fragiles, en créant de meilleures conditions pour le retour chez eux des populations déplacées, avaient commencé à porter leurs fruits – avec des niveaux de violence en baisse continue depuis 2021, selon le groupe de surveillance de la violence Acled.

L’amélioration des récoltes et le fort soutien des donateurs réduisaient également le risque de crise alimentaire pour les communautés rurales.

Mais depuis le coup d’État, la combinaison des sanctions commerciales de la CEDEAO et de la suspension d’une grande partie de l’aide au développement a fortement détérioré les conditions de vie de nombreux ménages et mis en péril les programmes de développement à long terme.

Et après le redéploiement de nombreuses unités militaires à Niamey pour se prémunir contre une éventuelle intervention militaire de la CEDEAO, on a assisté à une recrudescence des attaques jihadistes et des violences intercommunautaires ailleurs dans le pays.

Par exemple, fin octobre et début novembre, quelque 4 750 villageois ont fui vers la ville de Bankilaré, à l’ouest, après que des groupes armés les ont forcés à abandonner leurs maisons.

En théorie, la nouvelle alliance du Niger avec le Burkina Faso et le Mali pourrait améliorer la coopération militaire transfrontalière pour lutter contre les djihadistes, les criminels et la violence communautaire.

Mais les forces ne bénéficient plus des capacités de renseignement et de soutien aérien de haute technologie que la France et les États-Unis étaient en mesure de fournir.

Par Paul Melly est consultant au sein du programme Afrique à Chatham House à Londres – BBC News Afrique

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

Débats. COP28 : sortir des énergies fossiles ou capter les émissions de CO2 ?

Pour la première fois depuis la COP21, un bilan mondial de l’action climatique doit être présenté, négocié et adopté à la COP28 de Dubaï. Quel est le chemin parcouru depuis les accords de Paris en 2015 ? L'UE milite pour une sortie progressive du pétrole, du gaz et du charbon. Les pays pétroliers aimeraient continuer à produire en développant le captage et le stockage du carbone qu'ils émettent. Un accord sur une sortie progressive des énergies fossiles est-il possible ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
16 ⁄ 8 =