Quelle est l’importance stratégique de Rafah et pourquoi une offensive militaire israélienne sur la ville de Rafah à Gaza est-elle préoccupante ?

Il s’agit de la dernière frontière en date dans la guerre de Gaza.

Mardi, l’armée israélienne a déclaré avoir pris le contrôle opérationnel du point de passage de Rafah, du côté palestinien, à la frontière avec l’Égypte.

Des témoins ont déclaré à la BBC que des fusées éclairantes ont illuminé le ciel toute la nuit et que le bruit des tirs d’artillerie israéliens a été constant. L’armée israélienne affirme avoir tué 20 personnes qu’elle considère comme des « terroristes du Hamas ».

Il s’agit encore d’une opération très limitée et précise et non, pour l’instant, d’une offensive terrestre de grande envergure à Rafah, contre laquelle les puissances mondiales ont mis en garde en raison des conséquences humanitaires désastreuses dans une ville remplie de Palestiniens qui ont fui les combats ailleurs dans la bande de Gaza.

La ville palestinienne de Rafah est, depuis le début du conflit entre Israël et le Hamas, un centre de refuge pour la population civile et un point d’entrée pour l’aide humanitaire.

Située dans la partie sud de la bande de Gaza et couvrant quelque 55 kilomètres carrés, cette ville représente le dernier accès à Gaza qui ne soit pas contrôlé par Israël et constitue depuis des décennies un point d’arrivée de l’aide et un point de départ pour les malades, les blessés et les voyageurs.

Après le début de la guerre actuelle – déclenchée par une attaque surprise du Hamas contre Israël le 7 octobre, au cours de laquelle 1 200 personnes ont été tuées et 240 autres prises en otage, selon les autorités israéliennes – Rafah est devenue le dernier refuge pour plus d’un million de Palestiniens, qui ont été déplacés de leurs villes par les bombardements et les incursions terrestres des Forces de défense israéliennes (FDI).

En raison de cet afflux massif, la population de Rafah est passée d’environ 280 000 habitants à près de 1,4 million, et a été décrite par le directeur du Conseil norvégien pour les réfugiés, Jan Egeland, comme « le plus grand camp de déplacés du monde ».

Mais le statut de la ville en tant que refuge pour les personnes fuyant la guerre a commencé à être remis en question en février de cette année, lorsque Israël a lancé une opération dans la ville qui a fait des dizaines de morts parmi les Palestiniens et qui a permis de sauver deux des otages détenus par le Hamas.

À l’époque, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a ordonné aux Forces de défense israéliennes (FDI) de se préparer à l’évacuation des civils de Rafah, en vue d’y lancer une offensive majeure.

Cette annonce a sonné l’alarme au sein de la communauté internationale, déclenchant une cascade de critiques et d’avertissements contre les plans d’Israël par crainte d’une « catastrophe humanitaire ».

Ces craintes ont été ravivées lundi, lorsque les FDI ont commencé à distribuer des tracts au-dessus de Rafah, demandant à quelque 100 000 personnes d’évacuer une zone située à l’est de la ville et de se diriger vers Khan Younis et al-Mawasi.

Quelques heures plus tard, les FDI ont lancé une série d’attaques sur une zone de cette ville, qu’elles ont présentée comme une « opération limitée ».

Cependant, Rafah et ce qui s’y passe ont une importance qui va bien au-delà d’une opération locale.

Située dans la partie sud de la bande de Gaza et couvrant quelque 55 kilomètres carrés, cette ville représente le dernier accès à Gaza qui ne soit pas contrôlé par Israël et constitue depuis des décennies un point d’arrivée de l’aide et un point de départ pour les malades, les blessés et les voyageurs.

Après le début de la guerre actuelle – déclenchée par une attaque surprise du Hamas contre Israël le 7 octobre, au cours de laquelle 1 200 personnes ont été tuées et 240 autres prises en otage, selon les autorités israéliennes – Rafah est devenue le dernier refuge pour plus d’un million de Palestiniens, qui ont été déplacés de leurs villes par les bombardements et les incursions terrestres des Forces de défense israéliennes (FDI).

En raison de cet afflux massif, la population de Rafah est passée d’environ 280 000 habitants à près de 1,4 million, et a été décrite par le directeur du Conseil norvégien pour les réfugiés, Jan Egeland, comme « le plus grand camp de déplacés du monde ».

Mais le statut de la ville en tant que refuge pour les personnes fuyant la guerre a commencé à être remis en question en février de cette année, lorsque Israël a lancé une opération dans la ville qui a fait des dizaines de morts parmi les Palestiniens et qui a permis de sauver deux des otages détenus par le Hamas.

À l’époque, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a ordonné aux Forces de défense israéliennes (FDI) de se préparer à l’évacuation des civils de Rafah, en vue d’y lancer une offensive majeure.

Cette annonce a sonné l’alarme au sein de la communauté internationale, déclenchant une cascade de critiques et d’avertissements contre les plans d’Israël par crainte d’une « catastrophe humanitaire ».

Ces craintes ont été ravivées lundi, lorsque les FDI ont commencé à distribuer des tracts au-dessus de Rafah, demandant à quelque 100 000 personnes d’évacuer une zone située à l’est de la ville et de se diriger vers Khan Younis et al-Mawasi.

Quelques heures plus tard, les FDI ont lancé une série d’attaques sur une zone de cette ville, qu’elles ont présentée comme une « opération limitée ».

Cependant, Rafah et ce qui s’y passe ont une importance qui va bien au-delà d’une opération locale.

Le « dernier bastion » du Hamas

Cortège de Gazaouis quittant Rafah
Légende image,Suivant les instructions d’Israël, de nombreux Gazaouis ont quitté Rafah lundi avant le début des attaques.

« Il est impossible d’atteindre l’objectif de la guerre sans éliminer le Hamas et sans laisser quatre bataillons du Hamas à Rafah », a déclaré le cabinet de M. Netanyahu dans un communiqué publié en février.

C’est un argument sur lequel il a continué d’insister ces derniers mois.

Israël maintient que des milliers de combattants du Hamas, ainsi que certains de ses dirigeants, se trouvent à Rafah.

Il estime qu’il doit anéantir ce qu’il déclare être quelque quatre bataillons du Hamas dans cette ville pour mettre fin à sa campagne visant à éliminer la puissance militaire du groupe palestinien dans la bande de Gaza.

On estime que 200 000 Israéliens ont été contraints de quitter leur domicile après le déclenchement de la guerre avec le Hamas et se sont installés dans des régions plus sûres du pays, loin des zones frontalières où ils pourraient être pris pour cible par le Hamas ou son allié au Liban, la milice chiite Hezbollah.

Nombre de ces personnes vivaient déjà depuis des années sous le harcèlement des roquettes tirées de temps à autre de Gaza sur Israël, une situation que le gouvernement Netanyahou a semblé tolérer pendant un certain temps avant de réagir par un bref conflit qui a débouché sur un nouveau cessez-le-feu.

C’est ce statu quo qui a pris fin avec l’attaque du 7 octobre, après laquelle ni les autorités israéliennes ni la plupart de ses citoyens ne considèrent que vivre avec un Hamas armé au pouvoir à Gaza est encore un risque acceptable.

Cependant, depuis le début du conflit, de nombreux analystes politiques et militaires ont averti que l’idée de Netanyahou d’éradiquer le Hamas est très difficile – voire impossible – à réaliser et que le coût humain d’une telle tentative serait extrêmement élevé compte tenu des tunnels que le Hamas a construits sous Gaza pour se protéger, ainsi que du fait qu’en surface, il est difficile de faire la différence entre les combattants et les civils.

Le gouvernement israélien affirme que ses forces font de leur mieux pour épargner la population civile, ce qui n’a pas empêché quelque 34 000 personnes de mourir à Gaza depuis le début du conflit, pour la plupart des femmes et des enfants, selon le ministère de la Santé du Hamas dans la bande de Gaza.

Des hommes debout devant la façade détruite  de l’hôpital Al Shifa
Légende image,Les locaux de l’hôpital Al Shifa ont été détruits après l’assaut des troupes israéliennes.

Frank Gardner, correspondant de la BBC pour les questions de sécurité, souligne que l’on ne voit pas très bien ce qu’Israël pourrait obtenir en menant une opération militaire au-dessus de Rafah.

« Les cinq derniers mois de conflit dévastateur à Gaza n’ont pas abouti à la libération tant attendue des otages. La dernière fois qu’un nombre significatif d’otages a quitté Gaza en vie, c’était en novembre et c’était à la suite d’un échange soigneusement négocié par le Qatar et l’Égypte », note le rapport.

« L’armée israélienne estime que quatre bataillons du Hamas ont survécu en surface et sous terre à Rafah et elle veut terminer le travail comme elle s’y est engagée. Mais même si elle parvient à détruire ces unités, les chances que les otages s’en sortent indemnes sont minces », ajoute-t-il.

Politique et alliances en jeu

Des Palestiniens célèbrent l'accord du cessz-le-feu du Hamas à Rafah
Légende image,Dans les rues de Rafah, des foules de Palestiniens sont sorties pour célébrer l’annonce de l’accord de cessez-le-feu du Hamas.

Sur le plan politique, ce qui se passe à Rafah peut avoir une incidence sur les négociations qui se déroulent depuis des mois avec le Hamas, avec la médiation du Qatar et de l’Égypte, en vue de parvenir à un cessez-le-feu, ainsi qu’à la libération de certains des Israéliens kidnappés et des Palestiniens détenus en Israël.

Lundi dernier, le Hamas a annoncé qu’il acceptait la proposition de cessez-le-feu, ce qui a suscité quelques manifestations de joie et de soulagement parmi les habitants de Gaza.

Toutefois, la portée réelle de la proposition reste floue, le gouvernement Netanyahu ayant déclaré qu’elle était loin de répondre aux exigences d’Israël et dépêché une commission de négociation au Caire.

La semaine dernière, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a salué la proposition sur la table comme étant « extraordinairement généreuse » de la part d’Israël et a déclaré que le Hamas devrait l’accepter.

Cependant, la semaine s’est écoulée sans que les négociations n’aient progressé.

Au-delà de la guerre à Gaza, une escalade militaire israélienne à Rafah pourrait accroître les tensions entre le gouvernement Netanyahou et les Etats-Unis, le président Joe Biden ayant clairement exprimé son refus d’une offensive sans plan de protection de la population civile sur place.

Selon la Maison Blanche, Joe Biden a confirmé sa position à M. Netanyahu lors d’une conversation téléphonique lundi.

Une escalade à Rafah pourrait également affecter les efforts du gouvernement américain pour parvenir à un accord sur la normalisation des relations diplomatiques entre Israël et l’Arabie Saoudite, qui – en fait – ont déjà été endommagées par l’attaque du Hamas du 7 octobre.

Pour avancer sur cette voie, Riyad attend d’Israël qu’il accepte de mettre fin à la guerre avec le Hamas et qu’il s’engage sur la voie de la création d’un État palestinien.

La normalisation des relations entre Israël et l’Arabie saoudite est considérée comme un développement important, non seulement en raison de ses implications bilatérales, mais aussi parce que les deux pays – comme les États-Unis – se méfient de la politique de l’Iran au Moyen-Orient et de son plan de développement nucléaire.

Une autre relation vitale qui pourrait être endommagée par une offensive sur Rafah est celle entre Israël et l’Égypte, qui a été le premier État arabe à reconnaître Israël.

Un homme debout au point de passage de Rafah
Légende image,Le point de passage de Rafah, à la frontière entre Gaza et l’Égypte, a été une porte d’entrée pour l’aide humanitaire et la sortie des blessés.

Depuis le début du conflit actuel, le gouvernement d’Abdel Fattah al-Sisi craint que le débordement de la violence à Gaza ne conduise les combattants et les dirigeants du Hamas dans le Sinaï.

Le Caire ne voit pas d’un bon œil les membres du Hamas, issu des Frères musulmans égyptiens, qu’il considère comme une menace pour sa sécurité.

Au-delà de la politique, il y a l’impact sur la situation humanitaire que pourrait avoir une offensive israélienne de grande envergure à Rafah.

Ces derniers mois, de nombreuses voix se sont élevées au sein de la communauté internationale pour mettre en garde contre le risque que les centaines de milliers de Palestiniens réfugiés à Rafah ne soient poussés par une offensive israélienne vers la frontière égyptienne. L’Égypte a répété à plusieurs reprises qu’elle n’avait pas l’intention d’accueillir des réfugiés palestiniens.

Frank Gardner, de la BBC, considère qu’il s’agit là de l’aspect le plus inquiétant.

« Israël estime à 100 000 le nombre de Gazaouis potentiellement touchés (par une éventuelle offensive israélienne). Les agences d’aide palestiniennes affirment que ce chiffre est plus proche de 250 000. Beaucoup de ces personnes ont déjà été déplacées de leurs maisons dans le nord du territoire », note-t-il.

Bien qu’Israël ait présenté cette opération comme une attaque limitée contre des cibles spécifiques du Hamas à Rafah, il existe toujours un risque d’escalade.

En effet, le Jihad islamique, un autre groupe armé palestinien allié au Hamas à Gaza, a tiré des roquettes sur le sud d’Israël.

L’offensive israélienne a également mis en alerte la Jordanie, deuxième voisin arabe avec lequel Israël a établi des relations diplomatiques après l’Égypte.

Lors d’une rencontre avec M. Biden à la Maison Blanche, le roi Abdallah II a prévenu qu’une offensive israélienne sur Rafah pourrait entraîner un débordement du conflit dans la région et un « nouveau massacre ».

World Opinions – BBC News

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

UN, aid urgencies urge Israel to halt Rafah assault after crossing seized.. Video

The United Nations and aid agencies have slammed the Israeli army for cutting off an essential aid route by seizing the Rafah border crossing between Egypt and southern Gaza, warning that already scarce supplies will be further depleted in the enclave that is on the brink of famine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 ⁄ 12 =