L’ex-producteur Harvey Weinstein bientôt inculpé au Royaume-Uni pour agressions sexuelles

Le producteur de cinéma déchu d’Hollywood Harvey Weinstein va être inculpé au Royaume-Uni pour agressions sexuelles, a annoncé mercredi le parquet britannique. Ses crimes avaient déclenché en 2017 le mouvement #MeToo.

Âgé de 70 ans,  Harvey Weinstein purge depuis 2020 une peine de 23 ans de prison pour agressions sexuelles et viol aux Etats-Unis. Désormais incarcéré en Californie, il attend un nouveau procès à Los Angeles pour crimes sexuels.

Mercredi, la Crown Prosecution Service (CPS), le parquet britannique, a indiqué avoir autorisé la Metropolitan Police à poursuivre Harvey Weinstein dans deux chefs d’accusation concernant des agressions sexuelles sur une femme en août 1996″. Les poursuites ont été autorisées « à la suite d’une révision des preuves rassemblées par la police dans son enquête ».

Pas de prescription

Selon un communiqué de la police londonienne, qui doit désormais formellement inculper le producteur américain, la victime présumée est désormais âgée d’une cinquantaine d’années. La justice anglaise ne prévoit pas de prescription pour ce type de crimes.

A partir d’octobre 2017, les révélations et la chute d’Harvey Weinstein avaient déclenché le mouvement mondial #MeToo de prise de conscience et de lutte des femmes contre les agressions et crimes sexuels.

Au total, quelque 90 femmes – dont les superstars Angelina Jolie, Gwyneth Paltrow et Salma Hayek – ont accusé Harvey Weinstein de harcèlement ou d’agressions sexuelles. Il a toujours nié les faits, à New York comme en Californie, affirmant que ses accusatrices étaient consentantes.

World Opinions / afp

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

Iran. Les forces de sécurité ont eu recours au viol et à d’autres formes de violences sexuelles pour écraser le soulèvement « Femme. Vie. Liberté. » en toute impunité

Les forces de sécurité iraniennes ont recouru au viol et à d’autres formes de violences sexuelles constituant des actes de torture et d’autres formes de mauvais traitements, afin d’intimider et de punir des manifestant·e·s pacifiques lors du soulèvement « Femme. Vie. Liberté. » de 2022, écrit Amnesty International dans un nouveau rapport publié mardi 6 décembre 2023.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
3 + 2 =