Halima Aden : « j’ai sacrifié ma carrière pour que d’autres mannequins puissent s’exprimer »

Lorsque Halima Aden, le premier top model portant un hijab, a quitté les podiums l’année dernière, c’était dans l’espoir que d’autres femmes musulmanes n’auraient pas à faire le même choix difficile, entre leur foi et leur travail.

« Je veux que les filles sachent que Halima a pris une décision pour l’équipe », dit-elle.

« J’ai sacrifié ma carrière pour qu’elles puissent se sentir à l’aise pour s’exprimer dans n’importe quel contexte ».

Aujourd’hui, certains des plus grands noms de la mode cherchent des moyens de s’assurer que d’autres modèles musulmans ne subissent pas la même pression qu’Halima.

« Je pense que cela a été un signal d’alarme pour l’industrie parce que je pense que d’autres marques et d’autres designers se sont demandé ce que nous avions fait de mal », déclare le designer Tommy Hilfiger.

Halima Aden and Tommy Hilfiger

Il a beaucoup travaillé avec Halima sur de précédentes campagnes de mode et les deux hommes se sont retrouvés pour une interview sur la BBC, afin de parler de la nécessité de lutter contre le racisme et la discrimination dans le secteur.

‘Mon hijab ne cessait de rétrécir’

« Je suis arrivée à un endroit où j’étais tellement éloignée de ma propre image et mon hijab ne cessait de rétrécir », explique Halima.

« J’ai participé à un tournage une fois et il y avait une autre fille musulmane portant un hijab. Et donc ils m’ont donné ma propre boîte [une boîte privée noircie qu’Halima utilisait pour s’habiller] et ils lui ont dit d’aller trouver une salle de bain pour se changer. Et donc, quand j’ai vu que nous n’étions pas traitées de la même manière, ça ne m’a jamais plu ».

Une autre fois, on lui a donné un espace d’habillage auquel on ne pouvait accéder qu’en passant par l’espace d’habillage des hommes.

« Cela m’a mise dans une position très inconfortable », dit Halima.

« C’est contrariant pour moi d’entendre que certains stylistes, ou certaines personnes, essaient d’altérer votre façon d’être, votre identité. Et je crois vraiment que c’est un défaut de l’industrie de la mode », déclare Tommy à Halima.

Tommy Hilfiger a régulièrement appelé à plus de diversité et d’inclusion dans l’industrie de la mode. En 2020, il s’est engagé à consacrer 15 millions de dollars sur trois ans à l’amélioration de la représentation de la diversité.

Il a été le premier créateur à inclure Halima sur le podium de la Fashion Week de Paris.

Elle est également devenue le premier mannequin à porter un burkini dans le magazine Sports Illustrated, alors qu’elle portait un maillot de bain modeste sur mesure confectionné par Tommy Hilfiger.

« Je me souviens que nous t’avons fait une tenue de bain spéciale », dit Tommy.

Porter le burkini a été une « expérience incroyable », affirme Halima.

Halima Aden

« Nous avons des pays comme la France qui l’interdisent dans les piscines publiques et sur les plages. Je pense donc que le fait de figurer dans le maillot de bain de Sports Illustrated a été une véritable déclaration. Nous avons déplacé le curseur ».

Mais repousser les limites et défier les stéréotypes n’a pas été simple.

Contrarier les gens

« J’avais l’impression de devoir marcher sur une ligne très mince, et de contrarier parfois des personnes de la communauté musulmane », explique Halima.

« J’ai eu tellement de commentaires du genre : « ce burkini est beaucoup trop moulant ». Mais des jeunes filles m’envoyaient constamment des messages : « nous voulons te voir dans des looks uniques. Nous voulons voir ton écharpe dans un style différent ».

La BBC s’est entretenue avec plusieurs mannequins issus de milieux différents qui ont souhaité partager avec Tommy et Halima leurs expériences dans le secteur de la mode.

Halima Aden

Ramla Ossoble, un mannequin musulman de 22 ans, affirme que certaines des personnes avec lesquelles elle a travaillé n’ont pas essayé de comprendre ce que sa foi pouvait lui permettre de porter.

« Un styliste m’a demandé si je pouvais porter une robe à découpes et nous avons eu toute une dispute à ce sujet, parce que je lui ai dit que je n’étais pas prête à porter quelque chose d’aussi révélateur », raconte-t-elle.

« Une autre fois, un photographe m’a demandé si j’étais prête à me changer en plein milieu du parc et j’ai été tellement choquée. »

Halima, qui a déjà vu des stylistes lui placer des jeans et d’autres morceaux de tissu sur la tête, ne peut que constater que tout cela lui est familier.

« Il est navrant que le styliste n’ait pas reconnu qu’il avait un mannequin portant un hijab et qu’elle ne serait pas à l’aise en portant une robe découpée », dit-elle.

L’heure du changement

Tommy est tout aussi troublé par l’histoire de Ramla et veut s’attaquer au type de discrimination auquel elle et Halima ont été confrontées.

« Je pense que c’est scandaleux et que c’est un manque de respect. Cela me met vraiment en colère », dit-il.

« C’est gênant de faire partie d’une entreprise et d’une communauté qui a, je dirais, des idées aussi outrageusement désuètes.

« J’espère pouvoir être un leader de ce changement. Et je crois vraiment que cela vient du haut vers le bas ».

Les marques de mode du monde entier se sont engagées à améliorer la diversité à tous les niveaux de leur entreprise.

Mais près de trois postes d’administrateurs sur quatre étaient occupés par des hommes blancs, selon l’analyse des données de 2019 recueillies dans le cadre de l’étude Women in the Workplace de McKinsey & Company.

Kaeleen Stammers, un mannequin noir de 23 ans veut savoir ce que fait Tommy pour assurer une représentation à tous les niveaux.

« J’ai eu, je dirais, des bagarres avec des directeurs de casting qui ont travaillé pour nous, des stylistes qui ont travaillé pour nous, qui m’ont dit que cette fille n’avait pas sa place sur un podium pour certaines raisons », dit Tommy.

« Et j’ai dit, regardez, mon nom est sur la porte. Vous travaillez pour moi. Nous faisons ce que je veux faire. »

Les défilés de mode de cette année ont été les plus diversifiés de tous les temps, 43% des emplois allant à des mannequins de couleur.

En 2020, un peu moins de la moitié des couvertures de magazines internationaux présentaient des mannequins issus de la diversité, soit une augmentation de 12 % par rapport à l’année précédente.

Mais cette augmentation n’a pas été suivie d’effet dans les coulisses.

Halima Aden sur le tapis rouge

Au Royaume-Uni, moins d’un emploi de styliste sur dix est occupé par un employé de couleur.

Tommy dit s’assurer que sa marque est « aussi diversifiée et inclusive dans les coulisses que devant « .

« Je veux être connu comme quelqu’un qui a fait ce qu’il fallait et qui ne s’est pas contenté de parler. Et je sais que je ne peux pas changer les choses toute seule. Mon espoir est que l’ensemble du secteur change. Ce n’est pas seulement pour la campagne publicitaire, ce n’est pas seulement pour le défilé, mais cela doit couler comme une rivière dans toute l’entreprise ».

‘Je veux qu’on se soucie les uns des autres’

Halima est fière d’avoir fait connaître la mode modeste à un public mondial et d’être un modèle pour les filles portant le hijab.

« Lorsque je me suis lancée dans le mannequinat, je me suis vraiment dit que cela allait ouvrir la porte à tant de filles de ma communauté. Je n’ai jamais eu l’occasion de regarder un magazine et de voir quelqu’un portant un hijab, quelqu’un auquel je pouvais m’identifier ».

Mais malgré son ascension rapide vers la célébrité, Halima a eu l’impression que cette industrie était incompatible avec sa religion musulmane.

Elle souhaite désormais réaliser de nouvelles percées dans d’autres domaines.

« Je m’intéresse à d’autres industries et à d’autres domaines dans lesquels les femmes musulmanes ne sont pas très présentes. Et comment je peux briser le moule à nouveau, comme je l’ai fait avec la mode, comme, comment je peux être la première, vous savez, dans l’industrie cinématographique, à écrire un livre pour enfants sur la crise des réfugiés. »

Halima espère avoir plus de conversations sur la diversité dans l’industrie de la mode, où les mannequins participent et où il peut y avoir plus de collaboration.

« Par-dessus tout, je veux qu’il soit inclusif. Je veux que nous nous préoccupions les uns des autres et que ce soit authentique, sur et en dehors des podiums », dit-elle.

« L’avenir de la mode est très prometteur ».

Par Sodaba Haidare / BBC 

فضاء الآراء | مرآة المجتمع، ملفات، قضايا، تحليلات، آراء وافكار.. صوت من لا صوت له

Check Also

Témoignage – Jamail, réfugiée afghane: « Je suis très inquiète pour ma famille, toujours en danger face aux talibans à Kaboul »

En plus des ressortissants français des Afghans menacés par les talibans sont évacués peu à peu vers la France. C'est le cas de Jamail, une jeune femme de 32 ans qui travaillait comme interprète et assistante pour les journalistes français à Kaboul.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 − 14 =