Ukraine : Les attaques russes contre le réseau électrique menacent les civils

 Le ciblage généralisé et répété des infrastructures énergétiques de l’Ukraine par les forces russes semble principalement destiné à semer la terreur parmi la population en violation des lois de la guerre, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui. Durant les mois d’octobre et de novembre, et à l’approche de l’hiver, de nombreuses attaques russes menées par le biais de missiles et de drones ont privé des millions de civils ukrainien – au moins temporairement – d’un accès à l’électricité, à l’eau, au chauffage et aux services vitaux connexes.

Ces attaques ont tué au moins 77 civils et blessé 272 personnes, entre le 10 octobre et le 25 novembre, selon les Nations Unies. Selon un communiqué du Bureau de l’ONU pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) au sujet des attaques du 23 novembre, « plus de 30 civils ont été tués ou blessés » ce jour-là, et des millions de personnes dans toute l’Ukraine ont perdu l’accès à l’électricité. L’ensemble de la population de Kiev, estimée à environ 3 millions d’habitants, n’avait pas accès à l’eau pendant cette journée, et certaines zones des régions de Kiev, Lviv, Zaporijia et Odessa ont été complètement privées d’électricité, a indiqué l’ONU.

« En ciblant à plusieurs reprises des infrastructures énergétiques cruciales, sachant que cela privera les civils de l’accès à l’eau, au chauffage et aux services de santé, la Russie semble vouloir semer la terreur parmi les civils et leur rendre la vie insoutenable », a déclaré Yulia Gorbunova, chercheuse senior sur l’Ukraine à Human Rights Watch. « Le refroidissement imminent des températures hivernales risque d’avoir des effets encore plus mortels, tandis que la Russie semble déterminée à rendre la vie insupportable pour autant de civils ukrainiens que possible. »

Les lois de la guerre interdisent les attaques contre les biens indispensables à la survie de la population civile, ainsi que « les actes ou menaces de violence dont le but principal est de répandre la terreur parmi la population civile ».

En Russie, de nombreux dirigeants politiques, législateurs et commentateurs des médias d’État ont salué la perspective d’un hiver sans chauffage ni eau pour les civils ukrainiens. Un député russe a déclaré que les citoyens ukrainiens devraient « pourrir et geler » ; un autre a déclaré que les frappes étaient nécessaires pour détruire la « capacité de survie de l’État ukrainien ».

Les températures hivernales moyennes en Ukraine oscillent autour de moins 3 degrés Celsius, et peuvent plonger jusqu’à moins 20 degrés Celsius.

Human Rights Watch a recueilli des données du domaine public, analysé des rapports et des déclarations officielles de la police et des pompiers, et interrogé un responsable d’une compagnie d’énergie, deux experts en énergie, des autorités locales, des secouristes et des civils à Kiev, Lviv, Kharkiv, Odessa, Kherson, et Mykolaïv, pour dresser un tableau de l’impact généralisé et cumulatif des attaques sur le réseau électrique. Human Rights Watch s’est également rendu sur le site d’au moins une des attaques qui ont gravement endommagé des habitations civiles et tué des civils en novembre.

Le 16 novembre, le bureau du procureur général ukrainien a annoncé que la Russie avait mené 92 attaques contre les infrastructures énergétiques ukrainiennes en octobre et novembre. Olexander Kharchenko, directeur du Centre de recherche sur l’industrie de l’énergie, une société indépendante de recherche et de conseil, a déclaré à Human Rights Watch que l’électricité a été interrompue dans 10 700 000 foyers à travers l’Ukraine, soit environ la moitié de la population du pays, en raison des attaques russes.

Selon un communiqué publié par DTEK, la principale entreprise énergétique privée d’Ukraine, au 15 novembre, ses installations avaient été attaquées 13 fois en un mois et demi, avec des dégâts importants. La société a indiqué que les frappes russes d’octobre et de novembre avaient tué 3 employés de DTEK et en avaient blessé 22. En réponse à une demande écrite de Human Rights Watch, la société a précisé que les attaques russes menées contre les infrastructures électriques durant la seule journée du 10 octobre avaient endommagée plus de 40 % du système énergétique ukrainien.

Les infrastructures électriques sont considérées comme à double usage – militaire et civil – et peuvent légalement être la cible d’attaques dans un conflit armé. Cependant, ces attaques sont soumises aux lois de la guerre, qui interdisent les attaques indiscriminées ou disproportionnées. Human Rights Watch n’est pas en mesure d’évaluer les avantages militaires concrets et directs que la Russie aurait pu anticiper en menant les attaques contre les réseaux de production d’électricité et de chaleur de l’Ukraine, ni les gains militaires réels obtenus grâce à ces attaques. Cependant, les dommages causés aux civils étaient prévisibles, tout comme la gravité croissante de ces dommages avec l’impact cumulé de chaque vague de frappes, y compris sur la capacité des civils à rester en Ukraine et à survivre à l’hiver.

Le directeur régional de l’Organisation mondiale de la santé pour l’Europe, dans une déclaration publique, s’est dit gravement préoccupé par le fait que des millions d’Ukrainiens sont privés d’électricité alors que les températures hivernales chutent. Il a expliqué : « Des attaques ininterrompues contre des infrastructures sanitaires et énergétiques signifient que des centaines d’hôpitaux et d’établissements de soins ne sont plus parfaitement opérationnels – par manque de combustibles, d’eau et d’électricité pour satisfaire des besoins essentiels. » Il a ajouté : « Le temps froid peut tuer. […] Cet hiver sera une question de survie. »

World Opinions – Human Rights Watch

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

Qu’est-ce que l’entrée de la Croatie dans Schengen peut changer à la route migratoire des Balkans ?

La Croatie a fait son entrée, le 1er janvier 2023, dans l'espace Schengen. L'intégration de ce pays des Balkans dans la zone de libre circulation pourrait changer la donne à la frontière croate, où les refoulements de migrants sont fréquents, observe la chercheuse Camille Le Coz. Par un effet de dominos, la situation en Bosnie voisine pourrait se durcir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
3 + 14 =