Toyota vise 3,5 millions de véhicules électriques vendus par an dès 2030

Toyota prévoit d’écouler 3,5 millions de véhicules électriques par an à partir de 2030, et compte lancer 30 modèles de cette catégorie d’ici là, a annoncé mardi son PDG Akio Toyoda lors d’une conférence de presse à Tokyo.

Il s’agit presque du double du précédent objectif en la matière du géant automobile japonais: celui-ci tablait jusqu’à présent sur des ventes annuelles de 2 millions de véhicules électriques et à pile à combustible par an à l’horizon 2030.

La marque haut de gamme du groupe, Lexus, va devenir 100% électrique d’ici 2030 en Europe, Amérique du Nord et Chine, soit 1 million d’unités par an, et « dans le monde entier d’ici 2035 », a précisé Akio Toyoda.

Les investissements de Toyota dans les batteries sur la décennie en cours vont passer à 2000 milliards de yens (16,25 milliards de francs), a encore ajouté le PDG, soit une hausse de 33% par rapport au précédent montant (1500 milliards de yens) qui avait été annoncé en septembre.

Quinze modèles d’ici 2025

Contrairement à de nombreux autres constructeurs automobiles, Toyota, redevenu numéro un mondial du secteur en 2020, a longtemps tardé à se mettre sérieusement aux véhicules 100% électriques, ayant préféré miser sur les hybrides et explorer aussi la piste de l’hydrogène.

Mais le groupe multiplie depuis cette année les annonces dans le tout-électrique. Il avait annoncé en avril vouloir lancer 15 modèles d’ici 2025 sur ce segment, et début décembre il a dit se préparer à vendre 100% de véhicules neufs « zéro émission » à partir de 2035 en Europe de l’Ouest.

World Opinions / RTS info / ats/vajo

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

Cancer : l’essor des thérapies ciblées freiné par le manque d’accès au remboursement

En attente d’un remboursement de l’Assurance-maladie, les tests qui permettent d’accéder à ces traitements restent en grande partie à la charge des hôpitaux publics et des cliniques privées. Une situation qui pèse sur leurs finances et conduit à une inégalité d’accès en France dans la prise en charge des patients.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
12 ⁄ 6 =