Tensions entre Israël et la Palestine : plusieurs commandants du Hamas tués durant les frappes israéliennes à Gaza

Le mouvement islamiste a notamment annoncé la mort de Bassem Issa, chef de sa branche militaire pour la ville de Gaza. Les hostilités, les plus intenses depuis sept ans, ont fait plus d’une cinquantaine de morts dans la bande de Gaza.

L’escalade militaire entre le Hamas et Israël s’est intensifiée, dans la nuit du mardi 11 au mercredi 12 mai, avec des centaines de roquettes lancées par le mouvement islamiste sur la métropole israélienne de Tel-Aviv et un déluge de feu de l’armée israélienne sur la bande de Gaza.

Les hostilités, les plus intenses depuis sept ans, ont fait au moins 56 morts à Gaza, dont quatorze enfants, trois morts en Cisjordanie occupée dans des incidents distincts avec l’armée et six Israéliens.Elles ont été déclenchées à la suite des affrontements, le week-end dernier, sur l’esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l’islam, dans le secteur palestinien de Jérusalem annexé par l’Etat hébreu en 1967.

Le Hamas annonce la mort de plusieurs de ses commandants

Depuis lundi soir, « plus de mille roquettes » ont été tirées de la bande de Gaza, dont 850 ont été interceptées par le bouclier antimissiles ou se sont abattues sur Israël, et 200 sont tombées du côté de l’enclave palestinienne, a assuré l’armée israélienne, mercredi matin.about:blankhttps://acdn.adnxs.com/dmp/async_usersync.html

Par ailleurs, Israël a annoncé avoir mené une nouvelle série de frappes visant « des maisons qui appartenaient à des membres de haut rang » du Hamas dans la bande de Gaza. Dans un communiqué, le mouvement islamiste au pouvoir dans ce territoire, a annoncé la mort de Bassem Issa, chef de sa branche militaire pour la ville de Gaza, chef-lieu de ce territoire palestinien, et de « nombreux » autres hauts responsables militaires de l’organisation dans des frappes de l’armée israélienne.

Dans le centre-ville de Gaza, un immeuble de neuf étages comportant des habitations, des commerces et une chaîne de télévision locale a été détruit. L’armée israélienne a confirmé y avoir ciblé un bâtiment, expliquant qu’il était utilisé par le Hamas pour ses activités de renseignement militaire. Celle-ci a également pulvérisé un édifice de douze étages, où des ténors du Hamas avaient leur bureau.

Rockets are launched from the Gaza Strip towards Israel, Monday, May. 10, 2021. Hamas militants fired dozens of rockets into Israel on Monday, including a barrage that set off air raid sirens as far away as Jerusalem, after hundreds of Palestinians were hurt in clashes with Israeli police at a flashpoint religious site in the contested holy city. (AP Photo/Khalil Hamra)

Après une première volée de roquettes en direction de Tel-Aviv mardi soir, le mouvement islamiste a annoncé avoir tiré plus de 200 roquettes, dont « 110 vers la métropole de Tel-Aviv » et « 100 roquettes » vers la ville de Beersheba, « en représailles à la reprise des frappes contre des immeubles habités par des civils ».

En représailles toujours, le Jihad islamique, deuxième groupe armé palestinien de la bande de Gaza, a lancé 100 roquettes de l’enclave palestinienne vers le territoire israélien à 5 heures, mercredi.

Plusieurs morts durant la nuit

En Israël, un homme et une femme sont morts à Lod alors qu’ils se trouvaient dans une voiture, touchée par une roquette tirée de la bande de Gaza, a rapporté la police israélienne. Ces nouvelles victimes portent à cinq le nombre de personnes tuées en Israël par des tirs de roquettes lancées depuis lundi soir par des groupes armés de Gaza. En outre, l’armée a signalé la mort d’un soldat dans une frappe du Hamas depuis Gaza. On dénombre également plus de cent blessés.

Deux Palestiniens ont également été tués par des soldats israéliens, mercredi, en Cisjordanie occupée. Côté palestinien, les attaques israéliennes menées avec des avions de chasse et des hélicoptères de combat ont fait, depuis lundi, au moins 48 morts à Gaza, parmi lesquels quatorze enfants, et au moins 300 blessés, selon le ministère de la santé local. Des commandants du Hamas et du Jihad islamique ont par ailleurs péri dans ces frappes, ont confirmé ces groupes.

Le sort de familles palestiniennes menacées d’expulsion de Jérusalem-Est par des colons israéliens est au cœur des tensions de ces derniers jours. Dimanche, la justice israélienne avait annoncé le report d’une audience sur le sujet à la Cour suprême. Fort attendue, cette audience devait se tenir lundi, mais a été repoussée. Depuis 2008, dix familles ont déjà dû partir. Trois autres attendent qu’une date d’expulsion leur soit signifiée en août. En tout, 70 familles sont menacées.

Etat d’urgence décrété à Lod, près de Tel-Aviv

Outre les frappes, les manifestations se multipliaient à Jérusalem-Est, en Cisjordanie mais aussi dans des villes arabes israéliennes. Le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a fait le déplacement à Lod, dans la banlieue de Tel-Aviv, mercredi, où il a décrété l’état d’urgence. Tard lundi soir, cette ville israélienne mixte – 77 000 habitants, dont 47 000 Juifs et 23 000 Arabes – avait été le théâtre de violents affrontements après la mort, la veille, d’un Arabe israélien.

Mardi soir, la situation a dégénéré dans cette ville, selon les forces de l’ordre. « Des émeutes de grande ampleur ont éclaté du fait de certains résidents arabes, mettant en danger les habitants, a précisé la police dans un communiqué. Des véhicules ont été incendiés et des biens ont été endommagés. »

Pour épauler les forces de l’ordre locales, le gouvernement a déployé « seize pelotons » de la police des frontières basés en Cisjordanie, alors que, d’après des médias israéliens, trois synagogues et plusieurs commerces ont été incendiés dans cette ville.

Mercredi, le président israélien, Réouven Rivlin, a dénoncé un « pogrom » : « Les scènes de pogrom à Lod et les troubles à travers le pays de la part d’une foule arabe assoiffée de sang, blessant des personnes, endommageant des biens et s’attaquant même à des lieux sacrés juifs, sont impardonnables », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Des scènes de violence ont aussi eu lieu dans d’autres localités arabes israéliennes, comme à Acre ou à Wadi Ara, ou à Jisr Al-Zarqa, près de Haïfa, où huit personnes ont été arrêtées, toujours selon la police.

La CPI s’inquiète des « possibles crimes » commis

La communauté internationale a appelé au calme face à cette flambée de violence, la plus grave depuis des années entre le Hamas et l’Etat hébreu. Mercredi, la procureure de la Cour pénale internationale (CPI) s’est dite inquiète : « Je note avec une vive inquiétude l’escalade de la violence en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est, ainsi qu’à l’intérieur et autour de Gaza, et la possible commission de crimes dans le cadre du statut de Rome », texte fondateur de la juridiction, a déclaré sur Twitter Fatou Bensouda.

L’Organisation de la coopération islamique (OCI) a, de son côté, condamné mardi « dans les termes les plus forts les attaques répétées des autorités d’occupation israéliennes contre le peuple palestinien », a déclaré l’organe panislamique sis dans la ville saoudienne de Djedda dans un communiqué mardi après une session d’urgence.

La déclaration de l’OCI fait suite à la ferme condamnation d’Israël par l’Arabie saoudite pour ce qu’elle a appelé « les attaques flagrantes menées par les forces d’occupation israéliennes contre le caractère sacré de la mosquée Al-Aqsa ». Face aux violences, le Conseil de sécurité des Nations unies tiendra mercredi une nouvelle réunion à huis clos en urgence, la deuxième en trois jours, d’après des sources diplomatiques.

World Opinions / agences

فضاء الآراء | مرآة المجتمع، ملفات، قضايا، تحليلات، آراء وافكار.. صوت من لا صوت له

Check Also

Les eurodéputés adoptent une résolution condamnant le Maroc pour l’exode migratoire à Ceuta

Les eurodéputés ont voté, ce jeudi, une résolution condamnant le Maroc pour l’utilisation des mineurs dans sa crise diplomatique avec l’Espagne. Le vote a permis à plusieurs eurodéputés espagnols de fustiger la démarche du royaume, en associant la problématique migratoire à la question du Sahara occidental.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
40 ⁄ 20 =