Pas de preuve de l’existence des neutrinos « stériles », estiment des études

Pendant plus de deux décennies, les neutrinos dits « stériles » ont constitué une explication prometteuse à certaines anomalies constatées lors d’expériences de physique. Une équipe internationale avec participation bernoise n’avoir trouvé aucune preuve que ces particules élémentaires existent vraiment.

C’est un résultat nul qui va permettre désormais de s’attaquer à d’autres hypothèses, a indiqué dans un communiqué l’Université de Berne, qui participe à la collaboration internationale MicroBooNE au Fermilab près de Chicago. Ces résultats, présentés dans le cadre d’un séminaire spécialisé, sont qualifiés de « tournant dans la recherche sur les neutrinos ».

Pas de quatrième sorte de neutrinos

Avec les photons, les neutrinos sont les particules élémentaires les plus fréquentes dans le cosmos. Leur rôle dans le développement de l’univers est considérable. Ils proviennent de différentes sources, le soleil, l’atmosphère, les réacteurs nucléaires ou encore les accélérateurs de particules. Comme ils n’interagissent que rarement avec la matière, ils sont difficiles à mettre en évidence.

Jusqu’ici, trois sortes de neutrinos ont été identifiés. L’existence d’une quatrième, les neutrinos « stériles », par opposition aux neutrinos actifs, peut désormais être en grande partie écartée, selon les auteurs.

World Opinions Tech / RTS Tech / ats

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

2022, année charnière pour l’environnement

Entre l’accord de Paris sur le climat, celui sur la biodiversité et les objectifs de développement durable, les avancées étaient loin d’être gagnées dans un contexte de multiples crises. Mais les promesses restent insuffisantes et leur mise en œuvre pose question.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 ⁄ 3 =