Palestine. Le fossé n’a jamais été aussi profond entre Jérusalem-Est et Jérusalem-Ouest

Entretien. Historien, Vincent Lemire, qui a dirigé l’ouvrage Jérusalem. Histoire d’une ville-monde (Flammarion, 2016), est actuellement directeur du Centre de recherche français à Jérusalem. Il analyse cette flambée de violence qui a commencé dans la Vieille Ville et vient rappeler l’enjeu crucial qu’elle représente.

Ces émeutes à Jérusalem et dans les villes mixtes d’Israël sont-elles différentes de celles qui éclatent sporadiquement ?

Oui, clairement, on n’avait pas observé un tel niveau de violence depuis la deuxième Intifada (2000-2005). Ce qui frappe, c’est à la fois l’intensité et la diversité des lieux d’affrontement, mais aussi leur interconnexion.

Jérusalem d’abord, avec depuis des semaines une mobilisation victorieuse de la jeunesse palestinienne pour défendre les espaces publics de la porte de Damas et de l’esplanade des Mosquées. Les villes mixtes israéliennes ensuite, avec des manifestations organisées par les communautés arabes d’Israël (20 % de la population) en soutien aux Palestiniens de Jérusalem, rassemblements qui tournent à l’affrontement avec l’extrême droite israélienne, avec des scènes de lynchage d’une violence insoutenable.

Gaza enfin, avec ce qu’il faut bien appeler une grossière tentative de récupération de la part du Hamas, qui, lundi soir, a choisi de déclencher une nouvelle guerre pour revenir dans le jeu, plutôt que de célébrer dignement la victoire des Palestiniens de Jérusalem.

L’escalade pourrait encore se poursuivre mais ces réactions en chaîne et cette tendance à la militarisation du conflit ne doivent pas faire oublier ce qui a été le déclencheur de l’escalade en cours : le retour de Jérusalem au cœur des mobilisations de la société civile palestinienne.

Propos recueillis par Marc Semo – Le Monde

فضاء الآراء | مرآة المجتمع، ملفات، قضايا، تحليلات، آراء وافكار.. صوت من لا صوت له

Check Also

L’extrême-droite marche à Jérusalem-Est, ravivant les tensions

Sous haute surveillance policière, plus d'un millier d'Israéliens arborant des drapeaux nationaux ont défilé mardi à l'appel de l'extrême-droite à Jérusalem-Est, premier test pour le nouveau gouvernement après des menaces du mouvement palestinien Hamas qui font craindre une escalade.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 − 4 =