Les principaux enjeux du débat entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen

Emmanuel Macron et Marine Le Pen se retrouvent mercredi à 21h00 pour le traditionnel débat télévisé de l’entre-deux tours de la présidentielle française. Les deux candidats, que presque tout oppose, tenteront de convaincre l’électorat de gauche et les abstentionnistes.

Ce duel est la réédition de celui de 2017. Une partie des électeurs de gauche, notamment ceux ayant voté pour le candidat de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon, arrivé troisième au premier tour, sont méfiants ou tentés par l’abstention.

Le débat ne bouleverse habituellement pas les dynamiques d’intentions de vote. Mais cette fois, il pourrait remobiliser certains électorats et « déplacer davantage de voix que ce qu’on a observé depuis le début de la Ve République » en 1958, estime Brice Teinturier, directeur général délégué de l’institut de sondages français Ipsos.

Jusqu’au dernier moment, les deux finalistes à la présidentielle ont négocié les détails du débat d’entre-deux-tours, programmé le mercredi 20 avril à 21 heures sur TF1 et France 2, et retransmis aussi sur quatre chaînes d’informations (LCI, BFM-TV, Franceinfo et CNews).

« Chaque détail compte, c’est un moment décisif pour les candidats, même si aucun débat n’a jamais inversé la tendance d’un scrutin », explique le directeur de l’information de TF1, Thierry Thuillier. « C’est le premier match retour depuis 1981. La situation n’est pas la même qu’en 2017, et les citoyens se décident de plus en plus tard », corrobore Laurent Guimier, son homologue de France Télévisions.

Ainsi, il a été acté qu’il y aurait des images tournées à l’arrivée des candidats aux Studios du Lendit, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), mais pas en loge. On ne les verra pas non plus en train de s’asseoir derrière leur pupitre.

Parmi les points les plus brûlants, les chaînes ne sont pas parvenues à trouver un consensus sur le déroulé du conducteur de l’émission. Au point de devoir demander l’arbitrage de l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (Arcom, ex-CSA), qu’elles ont rencontrée mardi 19 avril à midi, en compagnie des équipes de campagne. « L’Arcom a proposé de tirer au sort le thème qui sera discuté en premier, car les parties n’étaient pas d’accord », indique Laurent Guimier.

Finalement, le débat s’ouvrira sur le pouvoir d’achat, et non sur l’international, et surtout l’Ukraine, comme l’avaient proposé TF1 et France 2. Visiblement, Marine Le Pen n’était pas enthousiaste à l’idée de débuter par la politique étrangère. L’international arrivera cependant en deuxième position. Seront également abordés, durant les deux heures trente d’émission, l’environnement, le modèle social (retraite, santé, dépendance), la « France compétitive » (les entreprises), l’éducation, qui inclura également la formation, et enfin la sécurité et l’immigration.

World Opinions – Agences

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

« Un système qui devient fou » : un rapport du Sénat étrille l’État français sur sa gestion de l’immigration

Des procédures trop complexes, des conditions d’accueil défaillantes, un droit des étrangers illisible, des juridictions débordées… Le rapport du Sénat "Services de l’État et immigration : retrouver sens et efficacité", qui sera rendu public vendredi, dresse un constat sévère de la gestion de l’immigration en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
42 ⁄ 21 =