Le plein d’essence sur la route des vacances vous coûtera plus cher

Va-t-on payer plus cher son plein d’essence cet été? Depuis plusieurs mois, les prix à la pompe sont repartis à la hausse et la tendance ne semble pas s’inverser. D’autant que le prix du baril de pétrole poursuit aussi son ascension.

Au début de l’année, le baril de Brent se vendait à moins de 50 dollars. Aujourd’hui, il flirte avec les 75 dollars, une première depuis deux ans et demi.

Les économies mondiales se remettent de la pandémie et tournent à plein régime, la demande est forte, et l’offre pas suffisante. Cette hausse a bien sûr une incidence sur le prix des carburants à la pompe. Un impact que relativise Martin Stuckly, d’Avenergy, la faîtière des importateurs de carburants en Suisse: « Le pétrole représente seulement 30% du prix des carburants à la pompe. Il y a aussi les taxes et le coût du transport. »

Près de 30 centimes de plus au litre

Quelque soit la répartition des coûts, les carburants ont retrouvé un niveau élevé et ne vont pas baisser de sitôt.

Cet été en tout cas, il faudra consacrer un budget plus important pour les kilomètres parcourus en voiture que l’été dernier. Le sans plomb 95 s’affichait en moyenne à 1,38 franc le litre. Aujourd’hui, il s’écoule à 1,65 franc.

Par Virginie Langerock/ebz – RTS info

فضاء الآراء | مرآة المجتمع، ملفات، قضايا، تحليلات، آراء وافكار.. صوت من لا صوت له

Check Also

Certaines grandes entreprises pourraient échapper à l’impôt mondial

Samedi, les ministres des Finances du G7 ont annoncé un accord de principe "historique" sur un impôt mondial minimum pour les multinationales. Un premier pas a donc été franchi, mais de nombreuses questions, notamment techniques, restent en suspens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
7 + 22 =