La planification écologique doit disposer d’un instrument financier : la double valorisation du carbone 

Il est un péril existentiel qui domine tous les autres : l’aggravation du changement climatique et de la destruction de la biodiversité. Le changement climatique procède d’une incertitude radicale, tant pour prévenir les risques financiers que pour maîtriser les risques de transition, car les phénomènes climatiques sont à la fois non linéaires et irréversibles lorsque des limites planétaires sont franchies. La planification stratégique est donc une démarche indispensable, fondant un pacte social sur un principe supérieur de préservation de la viabilité et de la permanence des sociétés.

Dans son rapport « Soutenabilités ! Orchestrer et planifier l’action publique », France Stratégie s’interroge sur les dispositifs institutionnels capables de porter ce nouveau contrat social. La planification doit assurer la cohérence et l’articulation des politiques sectorielles et des différents niveaux d’action publique. Pour garantir la continuité à long terme contre les biais du court-termisme, France Stratégie préconise que l’orchestration procède d’une entité publique qui relève du chef du gouvernement, afin de bénéficier du poids politique de l’autorité centrale.

Mais la planification écologique doit aussi disposer d’un instrument financier : la double valorisation du carbone, qui instaure un système de bonus-malus destiné autant à inciter qu’à protéger. Car il faut distinguer deux modes complémentaires de valorisation par la puissance publique. D’abord, le prix du carbone incorporé aux biens polluants sur les marchés pour en dissuader la consommation (malus). Il doit s’élever progressivement pour réguler le risque de transition. Ensuite, le prix du carbone évité (bonus), qui est un prix fictif et permet de fixer une « valeur sociale d’abattement d’émission ». Il devrait atteindre 100 euros la tonne pour inciter les entreprises à investir dans la diminution de leurs émissions en garantissant un rendement des investissements projetés se rapprochant du rendement social marginal de l’abattement carbone, c’est-à-dire la valeur que la société accordera à 1 tonne de carbone évité en 2050 (neutralité carbone). C’est pourquoi la double valorisation doit être politiquement conduite de manière que les deux prix convergent à la neutralité carbone.

A flash lights up the night sky above wind turbines with red position lights in Jacobsdorf, Germany, Friday, May 20, 2022. Meteorologists had warned that heavy rainfall and hail were expected in western and central Germany on Friday, with storms producing wind gusts up to 130 kph (81 mph). (Patrick Pleul/dpa via AP)

L’économiste Michel Aglietta préconise, dans une tribune au « Monde », un système de bonus-malus sur le prix du CO₂, à l’effet dissuasif pour les entreprises polluantes et incitatif pour les entreprises vertueuses.

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

En Tunisie, le raidissement de l’UGTT contre le pouvoir rebat les cartes politiques

La puissante centrale syndicale prend ses distances avec le président Saïed, alors que les Tunisiens sont appelés, samedi, à élire une Assemblée sans pouvoirs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
23 − 13 =