La Banque mondiale exhorte les pays du Sahel à diversifier leurs économies

Dans un rapport, l’institution rappelle l’importance d’une croissance « rapide, résiliente et inclusive » comme « meilleure forme d’adaptation au changement climatique ».

Dans un rapport publié lundi 19 septembre, la Banque mondiale a exhorté les pays du Sahel à accélérer les réformes structurelles pour diversifier leurs économies, afin de limiter l’impact du changement climatique. « Le changement climatique accentue les tensions dans les pays du Sahel. La région est l’une des plus vulnérables au monde aux sécheresses extrêmes, inondations, vagues de chaleur et autres impacts liés au changement climatique », met en garde le rapport, qui estime que la région pourrait connaître une augmentation des températures de 2 °C d’ici à 2040.

L’institution internationale ajoute que d’ici à 2050, le PIB annuel du Niger pourrait baisser de 11,9 % et celui du Burkina Faso de 6,8 %, selon des scénarios pessimistes de faibles précipitations. Mais le rapport, qui montre que les besoins de financement des cinq pays sahéliens (Mali, Niger, Burkina, Tchad, Mauritanie) en matière d’actions climatiques « se chiffrent à plus de 30 milliards de dollars », assure que les dégâts causés par le changement climatique peuvent être significativement réduits.

« Ce rapport fournit une feuille de route pour aider les pays à accélérer les réformes et les investissements afin de diversifier leurs économies et de les rendre plus résilientes et plus inclusives », explique Clara de Sousa, directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Burkina Faso, le Mali, le Niger et le Tchad. Parmi ses préconisations, la Banque mondiale rappelle l’importance d’une croissance économique « rapide, résiliente et inclusive » comme « meilleure forme d’adaptation au changement climatique ».

Une agriculture « résiliente »

« Plus un pays et ses citoyens sont prospères, plus le gouvernement, les entreprises et les ménages disposent de ressources pour investir dans les technologies d’adaptation au changement climatique », développe le texte. « Un pays qui rend son agriculture résiliente et diversifie son économie sera mieux préparé pour faire face aux chocs climatiques », ajoute l’institution, qui appelle également à la mise en place d’un meilleur système de protection sociale dans ces pays.

Pour réaliser ces investissements, la Banque mondiale – qui assure avoir fourni ces trois dernières années « un niveau de financement record » aux pays sahéliens – recommande notamment de faire appel au secteur privé. « Les coûts de l’inaction sont bien plus élevés que ceux de l’action », martèle le rapport, qui rappelle que les cinq pays sahéliens contribuent à moins de 1 % des émissions de gaz à effet de serre.

A picture taken on March 22, 2019 shows an aerial view of a garden cultivated on the banks of the Ouadi Moura, between Abeche and Farchana, in the region of Ouaddaï, Chad. – In Adre, a city in eastern Chad, the district chief medical officer often receives people wounded by gun shots in hospital. These people are mostly the victims of the hidden conflict between farmers in the region and nomadic herders from the north, most of them Zaghawa, an ethnic group of the Chadian president. In the Ouaddai, a transhumance zone and strategic province of Chad on the border with Sudan, populated by various ethnic groups, this violence has taken a community turn that divide as much as it worry. (Photo by Amaury HAUCHARD / AFP)

World Opinions / AFP

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

L’Espagne prend des mesures pour freiner l’inflation dans le secteur alimentaire

Le gouvernement de gauche espagnol a annoncé mardi la suppression de la TVA sur les denrées de première nécessité afin de compenser la forte hausse des prix, ainsi qu'une aide de 200 euros pour les familles les plus modestes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
16 ⁄ 8 =