En Birmanie, la junte a annoncé la libération de plus de 2000 opposants

La Birmanie a libéré plus de 2000 détenus mercredi, dont des journalistes et des personnes qui, selon l’armée, avaient été inculpées d’incitation à la violence pour avoir pris part à des manifestations, ont rapporté les médias locaux.

Cette libération a été décrite par certains militants comme un stratagème de l’armée, qui a renversé le gouvernement élu d’Aung San Suu Kyi lors d’un coup d’Etat le 1er février, pour détourner l’attention de la répression sécuritaire en cours.

Les pays occidentaux et les pays voisins de la Birmanie font pression sur l’armée pour qu’elle libère les milliers de personnes arrêtées lors de manifestations.

Emprisonnés en vertu d’un article de l’époque coloniale

De nombreux opposants à l’armée ont été détenus, et certains condamnés, en vertu d’un article du code pénal de l’époque coloniale qui interdit la publication d’informations susceptibles de « provoquer la peur ou l’alerte » ou de troubler « l’ordre public » et qui est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à trois ans d’emprisonnement. Aung San Suu Kyi est jugée pour une infraction similaire, entre autres, et reste en détention.

« Au total, 2 296 personnes ont été libérées. Elles ont pris part aux manifestations, mais ne tenaient pas de rôles de premier plan. Elles n’ont pas participé à des actes violents », a déclaré le porte-parole de l’armée, Zaw Min Tun, au site d’information Irrawaddy.

World Opinions / reuters/ther

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

Qu’est-ce que l’entrée de la Croatie dans Schengen peut changer à la route migratoire des Balkans ?

La Croatie a fait son entrée, le 1er janvier 2023, dans l'espace Schengen. L'intégration de ce pays des Balkans dans la zone de libre circulation pourrait changer la donne à la frontière croate, où les refoulements de migrants sont fréquents, observe la chercheuse Camille Le Coz. Par un effet de dominos, la situation en Bosnie voisine pourrait se durcir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 × 5 =