Des factions aux mouvements politiques

Jusqu’au XVIIIe siècle, le mot « parti » désigne un clan. Lorsque les organisations politiques apparaissent, au XIXe siècle, elles ont plus de mal à s’implanter en France que dans les autres pays européens.

Pendant des siècles, le mot « parti » a désigné tout autre chose qu’une formation politique. « Le cardinal de Retz emploie ce terme à propos de la Fronde, Bossuet à propos des calvinistes », souligne Rémi Lefebvre, professeur de sciences politiques à l’université de Lille. A une époque où la société politique se résume à la « mince élite des oligarchies », ajoute l’historien Serge Berstein, en 2013, dans la revue Esprit, le mot « parti » renvoie alors aux « factions réunies autour de puissants personnages pour la conquête du pouvoir ».

Jusqu’au XVIIIsiècle, le « parti » désigne un « clan, un groupe de pression, un mouvement d’opinion », précise Pierre Rosanvallon, dans Le Peuple introuvable (Gallimard, 1998). « A l’époque, le pluralisme des partis n’apparaît nullement comme une condition de la liberté ou une garantie de la protection des droits, analyse l’historien et sociologue. Il n’est, au contraire, que le signe d’une concurrence stérile et néfaste entre des coteries, la marque d’une perturbation profonde du social, la preuve d’une corruption de la vie politique. »

Nouvelle grammaire démocratique

Lorsque le mot commence à désigner un mouvement politique, au XIXsiècle, la France peine à se convertir à cette nouvelle grammaire démocratique. Apparus plus tardivement que leurs cousins américains ou anglais, les partis hexagonaux des XIXe et XXsiècles font pâle figure aux côtés de leurs homologues allemands ou scandinaves. A part dans l’après-guerre, note, en 1998, le politiste Pascal Perrineau, dans la revue Vingtième Siècle, le taux de pénétration partisane n’a jamais, en France, dépassé 3 % des inscrits sur les listes électorales.

Comment expliquer cette faiblesse chronique ? Pour Florence Haegel, directrice du Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po, le suffrage universel masculin proclamé en 1848 a eu du mal à se déployer dans un régime aussi autoritaire que celui de Napoléon III. « Les acteurs traditionnellement centraux des mobilisations électorales que sont les partis ne pouvaient s’implanter en l’absence de liberté de réunion et d’associationCette trajectoire de démocratisation a été très défavorable aux partis. »

Personalities from left-wing parties, in which François Mitterrand (6th L) and Pierre Mendès France (2nd L) and André Philip (L) march from Place de la Nation to Place de la République, in Paris, on May 28, 1958, to protest against the inauguration of General de Gaulle by the National Assembly, assimilated by them to a kind of coup d’etat. (Photo by – / AFP)

Par Anne Chemin – Le Monde

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

En Tunisie, le raidissement de l’UGTT contre le pouvoir rebat les cartes politiques

La puissante centrale syndicale prend ses distances avec le président Saïed, alors que les Tunisiens sont appelés, samedi, à élire une Assemblée sans pouvoirs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 ⁄ 6 =