De nouvelles victimes palestiniennes lors d’un raid israélien à Naplouse, en Cisjordanie

Plusieurs Palestiniens, dont un haut commandant du mouvement Fatah, ont été tués mardi lors d’un raid de l’armée israélienne à Naplouse, en Cisjordanie occupée. Cette opération intervient deux jours après la fin d’une opération israélienne qui fait 46 morts dans la bande de Gaza.

Des tirs ont été échangés dans la vieille ville de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie, entre des activistes palestiniens et les forces israéliennes, qui ont fait état de deux morts palestiniens, dont un haut responsable des Brigades des martyrs d’Al-Aqsa, branche armée du mouvement Fatah, ainsi qu’un autre combattant.

Le corps du chef militaire Ibrahim al-Nabulsi a été transporté par une dizaine d’hommes armés à l’hôpital. « Notre réponse sera à la hauteur du crime », a confirmé le groupe armé dans un communiqué.

Trois morts, selon les Palestiniens

Le ministère palestinien de la Santé a quant à lui annoncé la mort de trois Palestiniens au total, dont un jeune de 16 ans. « L’armée était dans la vieille ville, mon fils s’est rendu au marché juste avant moi », a raconté le père de l’adolescent tué. « Il y a une fusillade et quatre d’entre nous ont été blessés. »

Les services de sécurité israéliens ont indiqué avoir mené un raid, en utilisant une roquette, contre une résidence où logeait Ibrahim al-Nabulsi, soupçonné d’être impliqué dans une série d’attaques anti-israéliennes. Des heurts violents auraient alors éclaté. « Des émeutiers ont lancé des pierres et des explosifs en direction des forces israéliennes qui ont répliqué en ouvrant le feu », a justifié l’armée israélienne. « Nos forces ont quitté la ville et il n’y a aucun blessé dans nos rangs », a-t-elle précisé, indiquant avoir mené quatre arrestations.

Selon le Croissant-Rouge palestinien, 69 Palestiniens ont été blessés par balle, dont au moins quatre sont dans un état critique.

Suite d’opérations meurtrières

Ce raid à Naplouse est survient deux jours après la fin d’une opération militaire meurtrière israélienne lancée contre le mouvement palestinien armé du Djihad islamique, implanté dans la bande de Gaza.

Selon un bilan du Hamas au pouvoir à Gaza, 46 Palestiniens ont été tués, dont plus d’une quinzaine d’enfants, et plusieurs centaines ont été blessés en trois jours de bombardements israéliens, qui ont provoqué en outre d’importantes destructions. Deux principaux chefs militaires et une douzaine de combattants du Djihad islamique ont été tués.

En riposte, le groupe Djihad islamique a tiré un millier de roquettes en direction d’Israël. Celles-ci ont fait trois blessés, la grande majorité ayant été interceptées, selon les secours locaux.

World Opinions / Agences

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

Face aux manifestations, l’Iran bloque massivement messageries et réseaux sociaux

Une semaine après la mort de Mahsa Amini, une jeune iranienne arrêtée pour un voile jugé mal ajusté par la police religieuse et morte durant sa garde à vue, l’Iran connaît une vague de manifestations d’ampleur, qui ont fait six morts. Face à la contestation, Téhéran a durci davantage sa censure d’Internet..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
9 + 23 =