Covid-19 : Bruxelles inquiète du taux de positivité au retour du Maroc

Bruxelles exprime de vives inquiétudes quant au taux de positivité au retour du Maroc. 10 % des MRE de retour du royaume la dernière semaine d’août ont été testés positifs au Covid-19, soit le taux le plus élevé de tous les voyageurs qui rentrent.

« Plus d’un tiers des nouveaux cas sont enregistrés au retour des voyages », alerte Inge Neven, responsable du dispositif Covid-19 de la Commission communautaire commune (Cocom), faisant savoir que 10 % des 6 000 personnes revenues du Maroc la dernière semaine d’août étaient contaminées. Un chiffre qui inquiète les autorités bruxelloises, car il est nettement plus élevé que le taux de positivité global de la ville, établi à 7,3 % du 31/08 au 6/09 (pour 7,5 % la semaine dernière et 4,7 % le 11 août), fait savoir L’Avenir.

« Pour la première fois », ce taux de positivité régional est plus élevé que celui des retours de voyages (5,5 %), note la responsable, déduisant que cela prouve que le virus circule bel et bien à Bruxelles. Par conséquent, la tendance à la hausse des cas de contamination au coronavirus se maintient à Bruxelles. En tout, 575 cas pour 100 000 habitants sur les 14 derniers jours contre 541 la semaine dernière.

Depuis juillet, Bruxelles fait face à une recrudescence des cas de contamination : 371 le 11 août, 305 le 3 août, 275 le 31/07, 261 le 27/07, 232 le 23/07 et 152 le 15/07. Résultat : « les hospitalisations s’étaient tassées légèrement. Elles augmentent à nouveau. De 1 par jour, les décès passent à 2 », fait savoir la responsable de la Cocom.

World Opinions – Bladi

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

Qu’est-ce que l’entrée de la Croatie dans Schengen peut changer à la route migratoire des Balkans ?

La Croatie a fait son entrée, le 1er janvier 2023, dans l'espace Schengen. L'intégration de ce pays des Balkans dans la zone de libre circulation pourrait changer la donne à la frontière croate, où les refoulements de migrants sont fréquents, observe la chercheuse Camille Le Coz. Par un effet de dominos, la situation en Bosnie voisine pourrait se durcir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 − 8 =