Coronavirus : seconde vague, reflux, maîtrise… visualisez l’évolution de l’épidémie dans 140 pays

La plupart des pays de l’UE, qui ont atteint le pic au début d’avril, craignent une reprise, alors que l’Amérique du Nord comme l’Amérique du Sud peinent encore à contenir les contaminations.

Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, la Chine puis la plupart des pays d’Europe touchés ont cherché à « aplatir la courbe » des contaminations, afin d’éviter la saturation des hôpitaux. En effet, si le nombre de patients gravement atteints dépasse les capacités de prise en charge des hôpitaux, une partie des malades ne peuvent pas être soignés. En parvenant à étaler dans le temps leur arrivée à l’hôpital (aplatir la courbe), leur prise en charge devient possible.

La Chine est parvenue à son pic le 13 février. La plupart des pays d’Europe de l’Ouest l’ont atteint entre la fin de mars et le début du mois d’avril, en parvenant à faire baisser le taux de reproduction du virus.

Mais plusieurs pays d’Amérique du Nord et d’Amérique du Sud peinent à contenir l’épidémie, parfois à cause de mesures sanitaires prises trop timidement ou tardivement, comme aux Etats-Unis ou au Brésil. Ailleurs, d’autres Etats observent une reprise assez forte après une « première vague » limitée, comme le Japon ou l’Australie.

Depuis le début de la pandémie en Europe, plusieurs pays semblent suivre le même chemin comme la France ou l’Espagne, et ce y compris au cœur de l’été avec le risque d’une reprise en « pente douce » de l’épidémie.

Les 148 graphiques suivants représentent les nouveaux cas quotidiens dans les pays pour lesquels nous disposons de suffisamment de données fiables, ainsi que la moyenne par semaine. Ils sont classés en fonction de la situation épidémique : reprise, phase ascendante, recul ou maîtrise de l’épidémie.

Par Pierre Breteau – lemonde.fr

فضاء الآراء | مرآة المجتمع، ملفات، قضايا، تحليلات، آراء وافكار.. صوت من لا صوت له

Check Also

Royaume-Uni : les plans de la dernière chance de Boris Johnson pour se maintenir à Downing Street

Acculé par le scandale des « booze parties » organisées en périodes de restrictions sanitaires, le premier ministre britannique multiplie les manœuvres grossières pour séduire les députés conservateurs, qui tiennent son destin entre leurs mains.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *