CAN 2021 : « Le football me fait oublier durant quelques heures les attaques de Boko Haram »

Dans de nombreux villages camerounais, les fans du ballon rond parcourent parfois des dizaines de kilomètres à pied pour voir un match.

Gouma Mtha n’a pas dormi de la nuit. Comme c’est le cas depuis plus de quatre ans, lorsque 17 heures ont sonné à sa montre, il a abandonné sa maison pour aller se réfugier sur les montagnes de KassaI, ce village situé dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun.

Il a passé la nuit « en partie éveillé », guettant comme les autres habitants les torches de ceux que l’on appelle ici ces « gens-là », des combattants de la secte islamiste Boko Haram qui mène depuis 2014 des attaques dans cette région frontalière avec le Nigeria.

Dès 7 heures du matin, ce jeudi 13 janvier, Gouma Mtha a pris la route pour se rendre à Mora, une localité qui accueille des milliers de personnes déplacées à cause de la menace du groupe islamiste. Plus de deux heures de marche rapide qui l’ont fait traverser des bourgs vidés de leurs populations.

Par Josiane Kouagheu – Le Monde

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

Taliban order all Afghan women to cover their faces in public

The Taliban have ordered all women to cover their faces in public in Afghanistan, the latest sweeping restriction by a government that has taken away women’s right to travel long distances alone, work outside healthcare or education, and receive a secondary education.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
11 + 20 =