CAN 2021 : le Cameroun décroche sa place en quarts.. Vidéos

Opposé à une héroïque équipe des Comores, le Cameroun s’est imposé (2-1) et poursuit son aventure continentale. Retour sur la rencontre et les buts.

es Lions ont rugi. Confronté à une valeureuse sélection des Comores (132e nation au classement Fifa), privée de ses gardiens de but et réduite à dix dès l’entame de la rencontre, le Cameroun a décroché sa qualification pour les quarts de finale. Les Lions Indomptables se sont faits peur, mais l’ont emporté grâce à des but de Karl Toko-Ekambi (29e) et de Vincent Aboubakar (70e).

Si les Comores ont réduit la marque en fin de match d’un superbe coup-franc de Youssouf M’Changama (81e), le petit Poucet comorien n’a pas tenu le choc face à l’ogre camerounais et s’est incliné avec la manière (2-1). Toujours invaincus, les Lions Indomptables poursuivent leur épopée continentale.

LE MATCH. Les Lions domptent de valeureux Cœlacanthes

Dans un stade d’Olembé (Yaoundé) plein à craquer, le coup d’envoi de ce huitième de finale de la Coupe d’Afrique des Nations 2022 est donné par les Comores face au Cameroun après le coup de sifflet inaugural de l’arbitre éthiopien Bamlak Tessema Weyesa. Et le défi qui se présente est immense pour les Cœlacanthes. Privées de leurs trois gardiens, les troupes d’Amir Abdou vont disputer le premier huitième de finale de leur histoire avec Chaker Alhadhur, le défenseur d’Ajaccio, dans les buts. Les Comoriens devront donc réaliser un exploit pour espérer renverser les Lions indomptables et filer vers les quarts de finale.

 Pourtant contre toute attente, le petit archipel de l’océan Indien se procure le premier coup-franc de la rencontre (3e). Les premières minutes sont clairement à la faveur des Comores, mais les Cœlacanthes vont rapidement être frappés par un coup dur. En retard sur Moumi Ngamaleu, Nadim Abdou tente d’intervenir et écrase la cheville du milieu de terrain camerounais (6e). Après intervention de l’assistance vidéo, le joueur est exclu et laisse son équipe à dix (8e). Le sort s’acharne sur la sélection comorienne !

Une exclusion qui va inverser la tendance de cette entame de match. Le Cameroun pose alors le pied sur le ballon et réalise de premières offensives. Vincent Aboubakar, le meilleur buteur de cette CAN, tente le premier tir des Lions Indomptables. Néanmoins, Chaker Alhadhur n’a pas à s’employer, le tir n’étant pas cadré. Et au quart d’heure de jeu, la possession de balle est clairement favorale au pays-hôte (70 %).

Puis, c’est au tour de Karl Toko-Ekambi de prendre sa chance. Là encore, sa frappe n’est pas cadrée (18e). Alhadhur peut souffler. Mais à force de plier, les Comores vont finir par craquer. Trouvé dans la surface, Vincent Aboubakar remise au point de pénalty pour Karl Toko-Ekambi. Sa frappe croisée au sol est parfaitement placée et trompe Chaker Alhadur (29e, 1-0). Les compteurs sont débloqués.

La réponse comorienne ne se fait pas attendre. D’une lourde frappe plein axe, Ahmed Mogni contraint Andre Onana à s’illustrer. Le portier camerounais de l’Ajax Amsterdam repousse sur Bendjaloud Youssouf, qui tente une frappe croisée, là encore détournée par Onana (32e). Double situation de but pour les Cœlacanthes ! Malgré leur supériorité et plusieurs tentatives d’intrusion, les Camerounais butent sur une défense comorienne très bien organisée et ne parviennent pas à créer véritablement le danger sur le but d’Alhadur. Et à la pause, les Comores sont menés sur la plus petite des marges (1-0).

Au retour des vestiaires, aucun changement n’est à signaler et le Cameroun donne le coup d’envoi du second acte. Et Chaker Alhadhur va rapidement être contraint de s’illustrer d’une parade réflexe pour sauver les siens. Après un bon débordement côté droit, Vincent Aboubakar est trouvé au point de pénalty et place une tête puissante à bout portant. Impérial, le gardien surprise remporte son duel (48e).

Le show du portier de l’archipel continue. Vincent Aboubakar arme une frappe au sol, mais Alhadhur plonge pour repousser le cuir (54e). Le ballon revient dans les pieds de Moumi Ngamaleu, qui tire à bout portant. Là encore, le portier des Comores intervient et repousse (54e). L’habituel défenseur d’Ajaccio impressionne sur sa ligne et maintient les espoirs comoriens. À l’heure de jeu, le Cameroun conserve la possession de balle (63 %), mais évolue dans un faux rythme et ne parvient pas à faire le break. Les Lions Indomptables vont pourtant penser inscrire un deuxième but. Servi par Karl Toko-Ekambi, Vincent Aboubakar crucifie Alhadhur. Mais le meilleur buteur de la CAN était en position de hors-jeu. Quelques instants plus tard, le nouvel entrant Christian Bassogog tente sa première frappe, mais n’accroche pas le cadre (66e). Et ce qui devait arriver arriva. Idéalement servi en profondeur dans la surface de réparation par Martin Hongla, Vincent Aboubakar dribble et trompe (enfin) Chaker Alhadhur (70e). Le break est fait. Les espoirs comoriens s’envolent.

Un break qui, contre toute attente, va remobiliser les Comoriens. D’abord, El Fardou, à bout portant dans la surface, décoche une puissante frappe repoussée magistralement par Andre Onana (79e). Et finalement, c’est sur coup de pied arrêté que les Comores vont réussir à briser le verrou camerounais. À vingt-cinq mètres, Youssouf M’Changama propulse un missile dans la lucarne d’Onana (81e). L’espoir comorien renaît !

En fin de match, les Cœlacanthes jettent leurs dernières forces dans la bataille, mais c’est peine perdue tant les Lions Indomptables sont bien en place dans leur camp. Et malgré trois minutes de temps additionnel, les Comores s’inclinent. Réduits à dix tout au long de la confrontation et privés de leurs gardiens de but, les joueurs de l’archipel se sont révélés héroïques, mais ont cédé face à une supérieure équipe du Cameroun. De leur côté, les Lions Indomptables poursuivent leur aventure continentale.

World Opinions + agences

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

Débats. Quelle est l’importance du « speaker » sur lequel les républicains américains se déchirent?

Les élus de la Chambre américaine des représentants tentent vendredi d'élire leur "speaker", après trois jours de débats infructueux. Majoritaires, les républicains n'arrivent pas à se mettre d'accord sur ce poste, qui est l'un des plus importants à Washington.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
5 × 20 =