UEFA Euro 2020: le Danemark poursuit son rêve et l’Italie évite le piège autrichien.. Vidéos

En disposant du Pays de Galles 4-0, le Danemark s’est adjugé la qualification pour les 1/4 de finales de l’Euro 2020. Malgré une bonne entame de match, les Gallois de Gareth Bale n’ont pas eu voix au chapitre face à un Danemark emmené par un Dolberg en feu, auteur d’un doublé. Et l’Italie évite le piège autrichien 2-1.

Malmené en début de partie par des Gallois qui pressaient très haut, le Danemark a pris le match en main dès la 20e minute. Et ses efforts ont rapidement été récompensés, Kasper Dolberg ouvrant la marque à la 27e sur une magnifique frappe enroulée du pied droit armée à l’entrée de la surface.

L’histoire est également belle; Dolberg a en effet été titularisé à la dernière minute à la suite de la blessure de Yussuf Poulsen, auteur de deux buts en phase de groupes. L’attaquant de Nice a parfaitement répondu aux attentes de son coach, mettant, comme tous ses équipiers, une grosse pression sur la défense galloise.

Le Pays de Galles n’a jamais semblé en mesure de renverser la vapeur dans une Johan Cruyff Arena presque entièrement acquise à la cause danoise, concédant même deux buts supplémentaires aux 88e et 96e (Maehle et Braithwaite).

L’Italie évite le piège autrichien 2-1

L’Italie s’est fait très peur en 8es de finale de l’Euro. La formation de Roberto Mancini s’est imposée 2-1 après prolongations face à une vaillante équipe d’Autriche qui s’est vue refuser un but alors que le score était encore de 0-0.

Incapable de faire la différence dans le temps réglementaire contre l’Autriche (2-1, a.p.) samedi, l’Italie a dû attendre la prolongation pour arracher sa qualification pour les quarts de finale de l’Euro. Elle affrontera la Belgique ou le Portugal vendredi.

Sur le papier, l’Autriche n’avait presque aucune chance, « peut-être 10% » selon son sélectionneur Franco Foda. Mais « il ne faut jamais dire jamais », Marko Arnautovic avait raison, et l’Italie a frôlé la catastrophe samedi, malmenée et poussée en prolongation par son rival transalpin. Il lui aura fallu attendre 95 longues minutes pour trouver enfin la faille grâce à Federico Chiesa, auteur d’un superbe enchaînement contrôle de la tête – semelle du droit – demi-volée du gauche dans la surface ; et à peine 10 de plus pour qu’un autre remplaçant, Matteo Pessina, ne la mette à l’abri d’une égalisation dans un angle fermé (105e, 2-0).

Après son impressionnant sans-faute en phase de groupes (3 victoires, 7 buts marqués et aucun encaissé), la Nazionale donc bien au rendez-vous des quarts de finale. On n’en attendait pas moins d’une équipe invaincue depuis 30 matches, passée en deux semaines du statut d’outsider à celui de favori aux yeux de certains. Mais elle s’est fait peur jusqu’au bout. Car Ginaluigi Donnarumma a fini par encaisser un but, signé Sasa Kaladjzic de la tête (114e, 2-1), après plus de 11 matches et 18 heures d’invincibilité. Le nouveau gardien du PSG avait en fait cédé une première fois à la 65e, battu sur un coup de tête d’Arnautovic, mais le VAR l’avait sauvé, privant le « Zlatan autrichien » de l’ouverture du score pour un hors-jeu de quelques centimètres.

World Opinions Sports – agences

فضاء الآراء | مرآة المجتمع، ملفات، قضايا، تحليلات، آراء وافكار.. صوت من لا صوت له

Check Also

Tokyo 2020 – Cérémonie d’ouverture: Naomi Osaka a allumé la vasque olympique

Les Jeux olympiques, retardés d'un an par le coronavirus, ont officiellement débuté vendredi à Tokyo: les trois coups de cette quinzaine de sport ont été donnés lors d'une cérémonie d'ouverture sobre, parfois grave. La joueuse de tennis Naomi Osaka, dernière relayeuse, a allumé la vasque olympique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 − 17 =