Sur l’île grecque de Kos, la détention des demandeurs d’asile est quasi systématique

Depuis la fin 2019, presque tous les nouveaux arrivants sont mis en détention dans le seul centre de rétention de la mer Egée. Les ONG craignent que cette pratique ne soit étendue aux autres îles, où de nouveaux camps fermés sont en construction.

« C’était comme un cauchemar sans fin, je ne trouvais plus le sommeil. » Karim (les prénoms ont été modifiés par souci d’anonymat), 13 ans, a été enfermé pendant plus de cinq mois dans le centre de rétention de l’île grecque de Kos, avec sa mère, sa sœur de 14 ans et son frère de 8 ans. Après le rejet de sa demande d’asile par les autorités, la famille syrienne a été déplacée dans une autre partie du camp, située sur les hauteurs d’une colline aux arbustes épineux, à 3 km du paisible village de Pyli.

Cloîtrés dans un conteneur blanc avec une minuscule fenêtre, ils ne pouvaient ni sortir, ni avoir de contacts avec le monde extérieur, suivre des cours, recevoir des ONG ou des avocats. « Quand la police nous a annoncé que nous pouvions rester encore un an dans cette prison, j’ai pleuré, je n’arrivais pas à m’arrêter… », raconte l’adolescent, encore traumatisé. Submergé par le stress et l’ennui, Karim ne peut même plus passer d’appel vidéo avec son père, qui se trouve en Allemagne. Les policiers détruisent toutes les caméras des téléphones portables des migrants. « Personne ne raconte ce qu’il se passe à l’intérieur. La nourriture distribuée est périmée. Un homme est mort lors de notre séjour. Mes enfants étaient terrifiés et me demandaient si, nous aussi, nous allions mourir ici… », relate, émue, la mère, Sarah.

Le 24 mars, Macky Diabete, 44 ans, un ressortissant guinéen, est décédé à la suite d’une occlusion intestinale à quelques mètres d’eux. Une enquête sur les circonstances de sa mort a été ouverte. Selon Amin, détenu pendant dix-huit mois dans ce même centre et interrogé par l’ONG Refugee Support Aegean (RSA), « pendant trois jours, il suppliait pour qu’on l’emmène voir un docteur, les policiers lui répondaient qu’il n’y avait pas de voiture pour le transporter ni de médecin capable de se déplacer ». Quelques jours après, un Kurde de 24 ans s’est suicidé dans le camp de rétention de Corinthe, à 80 km d’Athènes.

KOS, GREECE, MAY 8, 2021: Bodrum, Turkey can be seen in the background as Syrian refugees Jamal, 13, and his mother Widad, 30, walk on Tigaki Beach during their only five hours they have to leave the camp during the week. They have lived in Greece since 2019 at the Reception and Identification Centre on the Greek island of Kos on Saturday, May 8, 2021. Credit: Byron Smith for Le Monde

Par Marina Rafenberg(Kos, envoyée spéciale) – Le Monde

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

Asile en Espagne : Les demandes de Marocains rejetées massivement en 2022

En Espagne, l'Office de l'asile et des réfugiés (OAR), relevant du ministère de l'Intérieur, a reçu 118 842 demandes de protection internationale en 2022, contre 65 482 enregistrées en 2021, soit une hausse de 81,5%. Un record depuis la création de l'Office en 1992. Néanmoins, 14.235 demandes ont été acceptées par les autorités ibériques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 × 18 =