Stocker ses données indéfiniment, mission impossible?

A l’instar de la disquette, certains supports d’information dépassés ont la vie dure. Ce qui pose la question fondamentale de la sauvegarde de nos données. Comment faire pour être sûr de pouvoir les lire dans dix ans?

La semaine passée, le Japon a annoncé une lutte contre les disquettes. C’est le tout nouveau ministre du Numérique qui a lancé ce combat. Taro Kono ne veut plus forcer les entreprises à utiliser des systèmes de stockage moyenâgeux. Son objectif est que tout se fasse désormais en ligne. Actuellement il existe 1900 procédures gouvernementales qui obligent les entreprises à utiliser des supports obsolètes pour communiquer avec les autorités. Parfois, ce sont des disquettes qui sont exigées, parfois des CD-ROM ou encore des minidisques.

Pourquoi de telles pratiques en 2022? Il y a des habitudes prises qui ont de la peine à disparaître. Il y a aussi la peur de passer à des services en ligne qui pourraient être piratés. Et il y a le sentiment qu’une disquette, c’est solide, fiable et presque éternel.

Aujourd’hui, des disquettes survivent encore un peu partout sur la planète. Les mises à jour du Boeing 747-400, qui vole depuis la fin des années 80, sont toujours effectuées avec des disquettes de 3,5 pouces. L’armée américaine, elle aussi, a très longtemps aimé ces supports. Ce n’est qu’en 2019 qu’elle a abandonné les énormes disquettes 8 pouces. L’armée les utilisait comme support pour recevoir les ordres de lancement de missiles nucléaires.

Quelques pistes de conservation

Cela pose la question de la sauvegarde de nos données. Où les stocker pour qu’elles soient encore accessibles dans cinq, dix ou vingt ans? Il y a quelques années, le CD et le DVD étaient la solution. Mais ces supports sont fragiles. Une simple rayure peut les rendre inutilisables. Sans parler de la peine à trouver des lecteurs. Les disques durs sont aussi fragiles, un problème mécanique peut rendre les données inaccessibles. Il y a également un doute sur les clés USB, dont le contenu pourrait s’effacer après plusieurs années.

Alors que faire? Le mieux est certainement de stocker ses données les plus précieuses sur plusieurs supports en parallèle: un ordinateur, un disque dur externe et pourquoi pas son téléphone. Et tous les trois à cinq ans, il faut s’assurer que ses données sont toujours accessibles, sinon il faut les migrer vers un nouveau support. Il est aussi conseillé d’effectuer des sauvegardes vers le cloud de géants de la technologie, nos photos étant en sécurité dans leurs gigantesques centres de données. Il existe aussi des services cloud intéressants proposés par des acteurs suisses.

Par Anouch Seydtaghia – RTS Tech

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

A la COP27, le secrétaire général de l’ONU avertit que le monde est au bord du « suicide collectif » climatique

Les dirigeants politiques du monde entier sont réunis depuis lundi à la COP27, à Charm el-Cheikh, en Egypte. Ils sont sous pression pour renforcer leurs engagements climatiques, face à un réchauffement qui s'emballe, et apporter un soutien financier aux pays pauvres, qui en souffrent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 − 1 =