Réchauffement climatique : ExxonMobil disposait depuis les années 1970 de projections fiables

Selon un article publié dans « Science », les modélisations réalisées par l’entreprise pétrolière et gazière lui ont permis de prendre la mesure du réchauffement planétaire, alors que son discours officiel s’est construit sur le déni climatique.

ExxonMobil était parfaitement au courant du réchauffement climatique. Les recherches menées par les scientifiques recrutés par l’entreprise étaient « solides », et lui ont permis, dès 1977, de prendre la mesure du réchauffement planétaire causé par les activités humaines. C’est le principal enseignement d’un article publié dans Science,jeudi 12 janvier, rédigé par Geoffrey Supran et Naomi Oreskes, tous deux historiens des sciences à l’université Harvard, et Stefan Rahmstorf, spécialiste de la modélisation climatique à l’Institut de recherche de Potsdam sur les effets du changement climatique (PIK), en Allemagne.

Sollicitée par Le Monde, la firme américaine s’en défend : « Ceux qui disent qu’Exxon savait ont tort dans leurs conclusions, a réagi jeudi Todd Spitler, conseiller en relations médias chez ExxonMobil. Certains ont cherché à déformer les faits et la position d’ExxonMobil sur la science du climat. » Pourtant, l’entreprise pétrogazière a fait l’objet ces dernières années de nombreuses auditions publiques au Congrès américain et au Parlement européen à cause de son déni du changement climatique.

Les scientifiques d’ExxonMobil avaient prévu avec précision le réchauffement climatique dû à la combustion des énergies fossiles et avaient écarté la possibilité d’une prochaine période glaciaire, théorie pourtant régulièrement utilisée dans les discours de l’entreprise auprès du grand public. Ils avaient ainsi évalué que le réchauffement serait d’environ 0,20 °C par décennie et correctementestimé le budget carbone dans le cas d’un scénario de réchauffement limité à 2 °C.

« Modèle utilisé par les scientifiques »

En 2017, les deux historiens, aiguillés notamment par des enquêtes journalistiques sur le double discours climatique du groupe ExxonMobil, avaient orienté leurs recherches sur l’analyse des textes produits par les scientifiques de la firme américaine. Trois ans plus tard, ils se sont plongés dansles projections de modélisation climatique de l’entreprise pétrogazière, un matériau rarement examiné. « Cette situation contraste avec les modèles climatiques universitaires, dont les performances ont été largement examinées », rapportent les auteurs dans l’article.

Par Lan Wei – Le Monde

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

2022, année charnière pour l’environnement

Entre l’accord de Paris sur le climat, celui sur la biodiversité et les objectifs de développement durable, les avancées étaient loin d’être gagnées dans un contexte de multiples crises. Mais les promesses restent insuffisantes et leur mise en œuvre pose question.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
14 × 12 =