Livres. « Les Filles du coin », de Yaëlle Amsellem-Mainguy : le destin tout tracé des jeunes femmes du village

Qui s’intéresse à la vie des jeunes femmes de la campagne ? A part Yaëlle Amsellem-Mainguy, qui leur consacre un remarquable ouvrage, pas grand monde. Pourtant, comme elle le rappelle dans Les Filles du coin (référence appuyée à une enquête similaire publiée en 2010, LesGars du coin, du sociologue Nicolas Renahy, La Découverte), une partie non négligeable de la jeunesse féminine ne réside pas dans les grands centres urbains et leur périphérie.

La sociologue, chargée de recherche à l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (Injep), s’est donc rendue dans quatre espaces ruraux (massif de la Chartreuse, presqu’île de Crozon, Ardennes et pays de Gâtine) pour rencontrer près de 200 jeunes femmes afin d’étudier leur parcours scolaire, leur situation professionnelle, familiale, amoureuse et leur attachement territorial.

Les oubliées de la sociologie rurale qu’a côtoyées la chercheuse ne sont pas celles qui ont quitté leur commune de moins de 7 000 habitants pour poursuivre des études ou travailler, mais celles qui n’ont pas pu partir. Agées de 14 à 28 ans, elles appartiennent au monde populaire et vivent dans un univers qui se définit en creux : celui du manque de voisins, de personnes de leur âge, de transports, d’emplois, de services publics, de gynécologues, de lieux de sociabilité ou de boutiques de vêtements.

Fardeau des traditions

Lors d’entretiens individuels et collectifs, elles évoquent toutes le fait qu’« il n’y a rien à faire », qu’elles sont bloquées, qu’« il n’y a rien pour les jeunes ». Ce contexte est sensiblement différent pour les hommes, qui bénéficient d’un marché du travail local qui leur est plus favorable, avec des métiers – conducteur d’engin, cariste, tourneur-fraiseur, mécanicien…

« Les Filles du coin. Vivre et grandir en milieu rural », de Yaëlle Amsellem-Mainguy, Presses de Sciences Po, « Académique », 264 p., 23 €, numérique 16 €.

Par Anne Both(Anthropologue et collaboratrice du « Monde des livres ») / Le Monde

فضاء الآراء | مرآة المجتمع، ملفات، قضايا، تحليلات، آراء وافكار.. صوت من لا صوت له

Check Also

Livres. « Envers et contre tout », d’Euphrosinia Kersnovskaïa : le goulag comme une danse macabre

Extrait d’« Envers et contre tout », d’Euphrosinia Kersnovskaïa : « Quelle étrange impression produisent ces silhouettes irréelles tournant en rond au fond d’un puits de pierre ! Dire que cela s’appelle la « promenade » ! Et cette promenade, on l’attend toute la journée avec impatience. Dix minutes.

3 comments

  1. I love it when people come together and share opinions, great blog, keep it up.

  2. You are my aspiration, I possess few blogs and rarely run out from brand :). « Actions lie louder than words. » by Carolyn Wells.

  3. Keep up the good piece of work, I read few articles on this website and I think that your weblog is rattling interesting and has sets of excellent information.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *