Légumes secs : pourquoi l’Algérie est à la traîne

Comme de nombreux produits alimentaires, ces derniers mois, les lentilles et les pois chiches ont connu des augmentations de prix en Algérie. Des hausses que les points de vente des CCLS ont tenté de juguler.

Face à la demande, les importations viennent régulièrement à la rescousse de la production locale. La récente augmentation des prix à la production vient donner un coup de fouet à cette production.

Le 10 avril, le président Abdelmadjid Tebboune a ordonné, lors de la réunion du Conseil des ministres, l’augmentation des prix d’achat des légumineuses auprès des agriculteurs.

Le prix d’achat est fixé à 3 000 dinars algériens pour les lentilles et à 2 000 dinars algériens pour les pois chiches « afin d’encourager les agriculteurs« , précise le communiqué à l’issue du Conseil.

Une culture sensible aux mauvaises herbes

Par rapport aux autres cultures, les cultures de lentilles et de pois chiches présentent un inconvénient : la taille des plants. Résultat, ils sont sensibles à la concurrence des mauvaises herbes.

En l’absence de désherbage chimique, il n’est pas rare de voir des champs envahis de graminées et autres herbes indésirables. Pendant longtemps, c’est un désherbage manuel qui a été pratiqué.

Certaines exploitations réalisant un désherbage mécanique à l’aide de bineuses où d’autres décalant la date de semis des pois chiche pour tenter de réduire la poussée des mauvaises herbes. Mais, le rendement s’en trouvait réduit d’un tiers.

Ces difficultés ont fait que les légumes secs n’ont jamais suscité l’engouement des agriculteurs algériens. Dans le Sersou (Tiaret) durant les années 1970, les lentilles étaient encore récoltées manuellement et les services agricoles avaient du mal à proposer cette culture aux fermes d’État.

Mécanisation de la culture

Les légumes secs présentent cependant un atout : leur mécanisation. Ils peuvent être cultivés avec le même matériel que les céréales. Dès les années 1980, l’Institut technique des grandes cultures (ITGC) a réussi à proposer un programme de culture en s’inspirant de ce qui se faisait en matière de céréales. Semis, désherbage et récolte pouvaient enfin être entièrement mécanisés.

Sur les réseaux sociaux, l’agronome Mohamed Eddouh témoigne : « Lors de mon mémoire de fin d’études, j’ai préconisé la résorption de la jachère travaillée en pratiquant la mécanisation de la culture des lentilles avec désherbage chimique à base de Tréflan et de Gesagard« . Fièrement l’agronome ajoute : « Les résultats obtenus ont été satisfaisants« .

Une culture longtemps restée confidentielle

Malheureusement la greffe n’a pas pris. C’est qu’il n’est pas donné à toutes les exploitations agricoles de maîtriser les programmes de désherbage. Malgré les efforts des services agricoles et d’entreprises privées telle la Sarl Sersou ou Axium à Constantine, la production algérienne de légumes secs est longtemps restée confidentielle.

Cependant, vaille que vaille, quelques agriculteurs du Sersou ont continué à produire malgré les obstacles : irrégularité dans la disponibilité des semences certifiées ou des herbicides. Puis, les prix à la production ne semblaient pas suffisants.

La région de Tiaret assure jusqu’à 50 % de la production nationale de lentille, notamment à Rahouia, Mechraa-Sfa et Mahdia.

Les légumes secs s’avèrent agronomiquement utiles. Comme le montrent les travaux de l’université de Batna, après une culture de légumes secs, le sol est enrichi en azote par ces plantes qui ont la capacité de fixer l’azote de l’air.

Dans la commune de Didouche Mourad (Constantine), l’agriculteur de pointe Debbah Mostefa explique qu’une culture de lentille bien désherbée a un effet nettoyant. Le blé qui suit la lentille est indemne de mauvaises herbes et en particulier de brome.

Une culture hautement stratégique

Le récent relèvement des prix a suscité l’enthousiasme des agriculteurs. Debout dans son champ, un agriculteur confie à Ennahar TV : « Voilà qui va nous encourager à développer la culture de pois chiche« .

Dans un contexte d’augmentation des prix de la viande, les légumes secs s’avèrent être des aliments stratégiques. Leur richesse en acides aminés leur confère le statut de « viande du pauvre« .

Aujourd’hui à l’étranger, les légumes secs font l’objet d’un regain d’intérêt. Leur faible empreinte carbone est par ailleurs appréciée et les recherches vont bon train.

À Montpellier (France), la chercheuse Valérie Micard a mis au point des spaghettis à base de légumes secs. Prudente, elle a immédiatement déposé un brevet. Dans le sud-ouest de la France, la société « Les Graineurs » commercialise des pâtes alimentaires à base de farine de céréales et légumes secs germés.

L’investisseur Laurent Spanghero à l’origine de cette entreprise vante ces produits dont « 100 grammes contiennent autant de protéines que 100 grammes de viande« .

Toujours à l’étranger, des brevets sont déposés pour protéger la mise au point de process industriels permettant de séparer les protéines du pois chiche de l’amidon de sa graine.

Ces protéines permettent de fabriquer des aliments super protéinés. En août 2021, Bloomberg Intelligence estimait que le marché mondial des protéines végétales devrait être multiplié par 5 et atteindre en 2030 le montant de 162 milliards de dollars.

À l’heure de la crise ukrainienne, les pois chiches qui ont toujours garnis nos plats de couscous et autres préparations culinaires s’avèrent être un produit hautement stratégique.

World Opinions – TSA

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

La conversion tardive de Macron à l’écologie

TRIBUNE. Selon l’économiste spécialisé Christian de Perthuis, les annonces d’Emmanuel Macron à Marseille arrivent un peu tard. Mais elles ont le mérite d’exister.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
36 ⁄ 18 =