Le Web 3.0 sera-t-il la « grande révolution de l’internet » ?

Dans notre monde hyperconnecté dominé par les connexions web, il est difficile d’imaginer que des experts considèrent que l’internet aura besoin d’une « refonte massive ».

Pourtant, c’est précisément cette omniprésence qui a poussé de plus en plus de technologues à travailler sur ce qu’ils appellent une « nouvelle phase » de l’internet.

Ils insistent sur le fait que cet internet de « deuxième génération » doit changer pour être beaucoup plus intelligent ; doit évoluer pour devenir un « web sémantique » qui, en plus d’être plus efficace, nous offre plus de contrôle sur nos données.

C’est ce qu’ils prévoient avec l’arrivée du Web 3.0, que de nombreux acteurs du secteur considèrent comme la « grande révolution de l’internet ».

Le « Web3 » permettra aux machines d’interpréter un volume de données beaucoup plus important. Cela nous permettra, entre autres, d’interagir beaucoup plus profondément avec d’autres utilisateurs depuis n’importe quelle plateforme.

Dans ce « nouveau chapitre » de l’internet, nous n’aurons plus besoin de systèmes d’exploitation complexes ou de gros disques durs pour stocker les informations, car absolument tout sera dans le cloud. Et tout sera beaucoup plus rapide et personnalisable.

De manière générale, on pourrait dire que sur le Web3, la machine « collaborera » plus efficacement avec l’être humain.

Mais sa principale valeur est la décentralisation de l’internet : créer un réseau plus équitable et priver les « géants de l’internet » de leur pouvoir, comme le soulignent les promoteurs du concept.

Ce concept, qui a déjà fait écho dans la Silicon Valley, est en développement depuis des années.

Le terme a été inventé en 2014 par le cofondateur de la crypto-monnaie ethereum, Gavin Wood.

Tout comme Tim Berners-Lee est considéré comme le « père de l’internet », Wood est souvent appelé le « père d’etherum » pour en avoir été le cofondateur et le diffuseur.

Etherum est le deuxième protocole blockchain le plus utilisé dans le monde. Et cette technologie est le fondement du Web3.

Gavin Wood en 2017
Légende image,Gavin Wood a inventé le concept de « Web3 » en 2014.

Wood, créateur du projet open source Polkadot, est parti de l’idée qu’il fallait « remodeler l’internet » : créer une nouvelle architecture avec un protocole spécifique afin que les services soient décentralisés.

Pour ce faire, l’ingénieur logiciel britannique a fondé la Web3 Foundation – pour « financer les équipes de recherche et de développement qui construisent les fondations » de Web3 – et a créé Parity Technologies, une société d’infrastructure blockchain basée à Berlin pour le « web décentralisé ».

World Opinions + BBC Afrique

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

Les nanoplastiques s’accumulent jusque dans le feuillage des arbres, révèle une étude

Les nanoplastiques durables ne s'accumulent pas seulement dans les mers, les glaciers et les sols, mais contaminent également les écosystèmes forestiers. C'est ce que montre une étude suisse publiée dans la revue spécialisée "iForest".

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
22 − 15 =