La Belgique retire le permis de séjour de l’imam Mohamed Toujgani pour «risque sérieux pour la sécurité nationale»

L’imam principal de la plus grande mosquée de Bruxelles, située à Molenbeek, le Marocain Mohamed Toujgani, s’est vu retiré son permis de séjour en octobre dernier par le secrétaire d’État à l’asile et à la migration Sammy Mahdi. Selon ce dernier, Toujgani présenterait un «risque sérieux pour la sécurité nationale» et sera interdit de territoire belge pendant 10 ans, a révélé ce jeudi VRT. L’avocat du concerné dit vouloir faire appel de la décision, mais selon les journalistes, le délai d’appel aurait déjà expiré.

«Que ce soit un signal», a déclaré Sammy Mahdi, qui appuie sa décision sur des informations des services de renseignement. «Il y a eu beaucoup trop de prédicateurs de la haine dans le passé qui ont reçu l’espace nécessaire pour diffuser et défendre leurs idéaux», a-t-il déclaré à la VRT, avant d’ajouter que «Toujgani était probablement l’un des plus influents d’entre eux». «Ceux qui sèment la haine, divisent notre société et menacent notre sécurité, ne sont pas les bienvenus dans notre pays», conclut le secrétaire.

En Belgique depuis 1982, l’imam ne parlait ni le français ni le néerlandais selon la presse belge, mais sa femme et ses enfants se trouvent toujours dans le pays. Il avait été au centre d’une polémique en 2019, après qu’une vidéo vieille de dix ans ne surgisse, dans laquelle il appelait à brûler les «sionistes oppresseurs». «Un débordement émotionnel en pleine guerre de Gaza», s’était excusé Toujgani après.

Parfois accusé d’appartenir à la mouvance des Frères musulmans, il était suspecté par les renseignements belges de s’adonner à «l’espionnage» pour le Maroc, notamment dû à sa présidence de la Ligue des imams marocains de Belgique. Ces accusations d’espionnage au service du Maroc pesaient déjà sur l’Exécutif des musulmans de Belgique (EMB), «une erreur malintentionnée», assurait Noureddine Smaïli, vice-président de l’instance. En 2019, l’EMB avait recardé Toujgani et condamné ses propos sulfureux.

World Opinions –  yabiladi.com

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

L’ANASE doit revoir sa position pour qu’il soit mis fin aux terribles crimes commis par l’armée myanmar

À l’occasion du 55e anniversaire, le 8 août, de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE), Amnesty International appelle ce bloc régional à reconnaître l’échec de son plan en cinq points publié en avril 2021 qui visait à faire cesser la violence et la multiplication des violations des droits humains au Myanmar.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
18 + 13 =