France. Législatives 2022 : le premier tour consacre le duel entre la coalition présidentielle et l’union de la gauche

Après une campagne atone et dans un contexte d’abstention record de 52,3 %, Ensemble ! et la Nupes font jeu égal avec 25,2 %, selon les premiers résultats du premier tour des élections législatives.

Les premières projections des 577 sièges donnent un avantage à la majorité sortante réunie sous l’étiquette Ensemble!, avec une fourchette de 260 à 300 sièges, devant la gauche (LFI, PCF, PS et EELV) rassemblée sous la bannière Nupes (150 à 208), selon l’institut Harris. La majorité absolue requiert 289 députés.

Le taux d’abstention final devrait atteindre entre 52,5% et 53% selon les estimations de cinq instituts de sondage, soit plus d’un point de plus que le précédent record de 2017 (51,3%). Il s’agirait d’un record dans l’histoire de la Ve République.

Fermer les yeux, serrer les dents et ne pas bouger peut-il faire office de stratégie politique ? Non, à en croire le résultat du premier tour des élections législatives, dimanche 12 juin. Depuis sa réélection comme président de la République, le 24 avril, Emmanuel Macron maniait la « stratégie du chloroforme », selon ses opposants, pour tenter d’amortir l’impact d’un scrutin que les stratèges de la majorité sortante abordaient la boule au ventre.

A l’exception d’un texte sur le pouvoir d’achat, promis pour le début de l’été, le chef de l’Etat s’est volontairement rendu immobile afin d’éviter la discussion sur les points clivants de son programme, à commencer par la réforme des retraites. Cela n’a pas suffi à endiguer la dynamique de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes), qui fait jeu égal, avec 25,2 % des voix au niveau national, avec les troupes macronistes d’Ensemble ! (25,2 %).

Selon les premières projections d’Ipsos-Sopra Steria, ces derniers risquent, avec 255 à 295 députés, de ne pas bénéficier de la majorité absolue à l’issue du second tour, le 19 juin, dont le seuil est fixé à 289 sièges. Un tel scénario constituerait une première depuis 1988, quand Michel Rocard, premier ministre de François Mitterrand, devait gouverner le pays avec à sa disposition une simple majorité relative.

Un dévissage précoce

La déconvenue est d’ores et déjà manifeste si on compare le score des macronistes aux 32,33 % qu’ils avaient obtenus au premier tour des législatives de 2017. Les candidats d’Ensemble ! ne parviennent même pas à égaler le résultat du chef de l’Etat au premier tour de la présidentielle, il y a moins de deux mois (27,85 %). Un dévissage précoce, qui envoie un signal périlleux au locataire de l’Elysée sur les cinq ans à venir. Symbole de cette mauvaise soirée, l’ancien ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, est éliminé dans la 4e circonscription du Loiret, où il s’était parachuté..

World Opinions + agences

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

Analysis. Colombia’s shift to the left: A new ‘pink tide’ in Latin America?

The sun is rising on a new day for Colombians, especially for those who Vice President-elect Francia Marquez calls the “nobodies”: women, Indigenous communities, Afro-Colombians, LGBTQ+, working class, disabled people and all the others who have been disproportionately impacted by poverty, state violence, discrimination and environmental destruction in the country.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
26 − 19 =