Environnement : l’Europe toujours divisée sur son classement des activités durables

Nouveau retard dans la taxonomie européenne, ce classement des activités durables qui a pour objectif d’orienter les investissements privés vers les secteurs contribuant à réduire les gaz à effet de serre. L’acte délégué que prépare la Commission depuis plusieurs mois ne sera pas présenté lors de la dernière semaine de janvier, comme cela était prévu.

Bruxelles veut d’abord s’assurer qu’il ne sera pas rejeté par les colégislateurs. Car, une fois publié, le texte ne peut plus être amendé, mais les Etats membres et le Parlement européen peuvent s’y opposer, dans les quatre mois, par une majorité qualifiée de 20 Etats membres représentant 65 % de la population de l’Union européenne (UE) pour les premiers, et par une majorité simple pour le second.

La Commission européenne ajourne son projet de taxonomie, en raison de désaccords sur le sort réservé au nucléaire et au gaz.

Depuis le début de l’année, la Commission a multiplié les contacts avec ses experts, les Etats membres et le Parlement européen, qui avaient jusqu’au vendredi 21 janvier pour faire leurs retours.

Berlin n’a pas encore fait clairement connaître sa position

Du côté des Vingt-Sept, le projet d’acte délégué, qui prévoit que le nucléaire et le gaz soient inclus dans la liste des activités « durables », dans la mesure où ils contribueraient à la « transition » vers une économie verte, divise. Mais une alliance de circonstance entre les tenants du gaz et ceux de l’atome lui assure, à ce stade, d’être adopté.

Les premiers, notamment la Pologne et ses voisins d’Europe de l’Est, ont besoin du gaz pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Les seconds, emmenés par la France, savent faire valoir leurs arguments, à l’heure où les prix de l’énergie s’envolent et où l’Europe s’est engagée à respecter l’accord de Paris sur le climat de 2015 et à atteindre la neutralité carbone en 2050.

Par Virginie Malingre – Le Monde

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

2022, année charnière pour l’environnement

Entre l’accord de Paris sur le climat, celui sur la biodiversité et les objectifs de développement durable, les avancées étaient loin d’être gagnées dans un contexte de multiples crises. Mais les promesses restent insuffisantes et leur mise en œuvre pose question.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
23 + 19 =