Elizabeth II a 96 ans : un anniversaire en solitaire

Avant son jubilé, la reine a fêté son anniversaire en toute tranquillité dans son refuge de Sandringham. Sans éviter toutefois les controverses familiales.

Le contraste entre les deux parties de la une du tabloïd Daily Mail de ce jeudi 21 avril est saisissant. En haut, la photo officielle de la reine en compagnie de deux de ses poneys favoris, publiée à l’occasion de son 96e anniversaire. En bas, la photo de son petit-fils Harry barrée de la mention assassine : « le prince de l’illusion ».

La double manchette fait suite aux nouvelles critiques acerbes adressées par le duc de Sussex à son père, à son frère et aux hauts fonctionnaires du palais dans son interview diffusée la veille à la télévision américaine. « J’espère que Grannie est bien entourée… je suis le seul avec qui elle peut vraiment parler », a déclaré l’intéressé à propos de sa relation avec la souveraine. Résumant l’opprobre général, le buckinghamologue Robert Lacey estime que « Harry souffre d’un burn-out à l’image de quiconque est obligé de faire jusqu’à la fin de sa vie des commentataires provocateurs à tire-larigot en vue de garantir des cachets télévisés rémunérateurs ».

Un autre événement est venu gâcher la célébration de l’anniversaire royal, le veto mis par Charles et William à la reprise par le prince Andrew de ses fonctions de représentation. Après la récente conclusion d’un accord financier avec son accusatrice dans une affaire de pédocriminalité – qu’Elizabeth II avait réglé de sa propre poche –, son fils favori l’a accompagnée lors du service religieux du 29 mars à la mémoire de son défunt époux, le prince Philip. Dans le collimateur de l’héritier au trône, de son fils aîné et des médias unanimes, Andrew restera le paria du clan Windsor.

World Opinions – Médias

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

« Un système qui devient fou » : un rapport du Sénat étrille l’État français sur sa gestion de l’immigration

Des procédures trop complexes, des conditions d’accueil défaillantes, un droit des étrangers illisible, des juridictions débordées… Le rapport du Sénat "Services de l’État et immigration : retrouver sens et efficacité", qui sera rendu public vendredi, dresse un constat sévère de la gestion de l’immigration en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
21 × 26 =