Déploiement de l’armée à Cali où les manifestations ont fait trois morts

Face à la colère sociale qui gronde depuis un mois en Colombie, le président Ivan Duque a ordonné vendredi le déploiement de l’armée dans les rues de Cali, épicentre de manifestations qui ont encore fait trois morts dans la journée.

« A partir de cette nuit commence le déploiement maximal de l’assistance militaire à la police nationale dans la ville de Cali », a annoncé le président dans cette ville de 2,2 millions d’habitants, la troisième du pays, où il a présidé un conseil de sécurité.

De nouvelles manifestations ont fait au moins trois morts vendredi dans la ville, dont un enquêteur du parquet de Cali qui a tiré sur la foule, tuant un civil, avant d’être lynché par les manifestants.

Ces violences interviennent un mois exactement après le soulèvement du 28 avril contre un projet de réforme fiscale, vite abandonné, porté par le président de droite Ivan Duque, qui visait à augmenter la TVA et à élargir la base de l’impôt sur le revenu.

Ces trois nouveaux décès portent à 49 le nombre de morts, dont 2 policiers, répertoriés par les autorités. Quelque 2000 personnes ont été blessées et 123 sont portées disparues. Human Rights Watch évoque jusqu’à 61 morts.

Pacifisme et balle réelles

Depuis un mois, le scénario est presque toujours le même: le jour, les manifestations sont pacifiques et hyper-créatives, la nuit la rébellion se transforme en émeutes où mortiers d’artifice et cocktails Molotov se mélangent aux tirs à balles réelles.

Cette révolte sans précédent secoue les grandes villes, où sont érigées des barricades et des blocages d’axes routiers qui provoquent des pénuries et exaspèrent une partie de la population.

Mercredi soir dans le sud de Bogota, une énième manifestation a fait 25 blessés parmi les civils et quatre parmi les policiers. Le gouvernement, malgré des médiateurs chargés de négocier avec le Comité national de grève, initiateur du mouvement, est incapable de désactiver une crise qui, pour l’instant, ne menace pas de le renverser.

Cette crise soudaine a surtout révélé, selon les analystes, la sourde colère d’une jeunesse politisée, appauvrie par l’épidémie, qui ne veut plus se taire.

Un pays très inégalitaire

Pendant un demi-siècle, le conflit avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) a occulté une réalité devenue trop criante: selon la Banque mondiale, la Colombie se classe parmi les pays les plus inégalitaires en termes de revenus et possède le marché du travail le plus informel d’Amérique latine (lire encadré).

L’Etat s’est concentré dans sa lutte contre les guérillas – perdure celle contre l’ELN et les dissidents des Farc – et a totalement délaissé la demande sociale.

En 2019, un an après l’élection d’Ivan Duque, les étudiants étaient descendus dans la rue pour réclamer un meilleur enseignement public, gratuit, des emplois, un Etat et une société plus solidaires.

La pandémie a éteint la mobilisation en 2020 sans que le chef de l’Etat de 42 ans ne fasse de trop grandes concessions.

Le retour de bâton est d’autant plus fort, avec une pauvreté qui s’est accélérée pour atteindre 42,5% des 50 millions d’habitants, la pandémie plongeant les plus vulnérables dans l’indigence: « Au moins une décennie de lutte contre la pauvreté a été perdue », estime la politologue Sandra Borda.

World Opinions News – agences

فضاء الآراء | مرآة المجتمع، ملفات، قضايا، تحليلات، آراء وافكار.. صوت من لا صوت له

Check Also

Nato warns of military challenge posed by China

Nato leaders meeting for a summit in Brussels have warned of the military threat posed by China, saying its behaviour is a "systemic challenge".

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 − 5 =