Débats – Tunisie : la date anniversaire de la révolution changée par Kaïs Saïed

AUTORITÉ. L’anniversaire de la révolution de 2011 est désormais célébré le 17 décembre, jour de son lancement, en lieu et place de la date actuelle, le 14 janvier.

Le 17 décembre est le jour de la fête de la révolution et ce n’est pas le 14 janvier comme cela avait été annoncé en 2011 , a dit Kaïs Saïed à l’ouverture d’un récent conseil ministériel au palais présidentiel de Carthage.

Selon le président tunisien, « l’explosion révolutionnaire est partie de Sidi Bouzid » dans le centre-ouest de la Tunisie le 17 décembre 2010, jour de l’immolation par le feu du vendeur ambulant Mohamed Bouazizi. Cet acte a provoqué un soulèvement populaire ayant mis fin au règne sans partage du président Zine el-Abidine Ben Ali après 23 ans de pouvoir.

Les explications avancées

Kaïs Saïed estime en effet que le 14 janvier 2011, jour de la chute du dictateur Zine el-Abidine Ben Ali, célébré depuis comme jour anniversaire du premier soulèvement du Printemps arabe, n’était pas approprié car la révolution est selon lui toujours en marche.

Le 14 janvier, « malheureusement, la révolution a été détournée pour exclure le peuple et l’empêcher d’exprimer sa volonté et les slogans qu’il avait brandis » lors de sa révolution, a-t-il dit jeudi. Depuis 2011, ce jour est férié en Tunisie, sauf à Sidi Bouzid, qui célèbre chaque année la révolution le 17 décembre en hommage au geste de Mohamed Bouazizi. Cette décision intervient dans un climat politique tendu après le coup de force du président Saïed, qui s’était arrogé les pleins pouvoirs le 25 juillet en invoquant un « péril imminent » sur fond de crise politique.

World Opinions – AFP

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

Prolongation des négociations jusqu’à samedi, toujours pas d’accord en vue à la COP27

La conférence mondiale de l'ONU sur le climat, qui devait s'achever vendredi, sera prolongée jusqu'à samedi, a annoncé vendredi son président égyptien Sameh Choukri. Les négociations patinent toujours sur la question d'un fonds d'indemnisation pour les dégâts subis par les pays pauvres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 − 13 =