Création d’un parc naturel protégeant les glaciers près de Santiago, au Chili

Le président du Chili, Sebastian Piñera, a annoncé samedi la création d’un parc national de 75’000 hectares dans la zone montagneuse de Santiago afin de protéger 368 glaciers touchés par le réchauffement climatique, et qui représentent un important réservoir d’eau.

« Nous parvenons à protéger 368 glaciers », a déclaré le chef de l’Etat, lors de l’annonce de la création du parc. « Dans les glaciers, il y a 32 fois plus d’eau que dans le lac de barrage d’El Yeso », qui alimente Santiago, a souligné Sebastian Piñera.

Une vue aérienne du Parc national des Glaciers, Cajon de Maipo, dans la région métropolitaine de Santiago. Chili, le 5 mars 2022. [Marcelo Segura/Chilean Presidency - AFP]

Une vue aérienne du Parc national des Glaciers, Cajon de Maipo, dans la région métropolitaine de Santiago. Chili, le 5 mars 2022. [Marcelo Segura/Chilean Presidency – AFP]

Le Parc national des glaciers, situé à soixante kilomètres de Santiago, dans la cordillère des Andes, protégera environ 46% de la superficie glacée de la région de la capitale et contiendra 56% de l’eau emmagasinée dans les glaciers de la région où vivent plus de sept des dix-huit millions de Chiliennes et Chiliens.

« Au Chili, la catégorie de parc national représente le plus haut degré de protection en surface terrestre, ce qui implique que sous ce label de protection, les glaciers ne seront pas altérés ni touchés », a ajouté un communiqué officiel.

Lutter contre la destruction de la nature

Le parc « est une mesure fondamentale prise par notre pays pour lutter contre la destruction de notre nature, la fonte des glaciers et, d’une certaine manière, pour lutter également contre la sécheresse qui nous frappe depuis treize ans », a déclaré Sebastian Piñera.

Le Chili est l’un des dix pays possédant la plus grande masse glaciaire au monde, avec notamment le Canada, les Etats-Unis, la Chine et la Russie.

Les glaciers de Patagonie reculent plus vite que partout ailleurs

La fonte des glaciers est un phénomène naturel que le changement climatique accélère de manière « significative », explique Jorge O’Kuinghttons, chef de l’Unité régionale de glaciologie à la Direction générale des eaux du Chili.

« Les glaciers sont un indicateur par excellence du changement climatique », selon Alexis Segovia, un autre chercheur de cette unité. Il rappelle que le phénomène constaté dans la région d’Aysen, à 1700 kilomètres au sud de Santiago, est visible dans la quasi-totalité des 26’000 glaciers du Chili: seuls deux ont augmenté de surface.

Des données confirmées par l’Agence spatiale européenne, selon laquelle les glaciers de la Patagonie, à la fois au Chili et en Argentine, reculent plus vite que n’importe où ailleurs dans le monde.

Alexis Segovia souligne aussi qu’il s’agit d’un cercle vicieux car les surfaces glacées « renvoient une grande quantité des radiations qui arrivent sur la Terre ». Si cette surface continue à se réduire, la planète « va se réchauffer plus vite ».

World Opinions – RTS info

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

2022, année charnière pour l’environnement

Entre l’accord de Paris sur le climat, celui sur la biodiversité et les objectifs de développement durable, les avancées étaient loin d’être gagnées dans un contexte de multiples crises. Mais les promesses restent insuffisantes et leur mise en œuvre pose question.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
9 × 29 =