Cancer : l’essor des thérapies ciblées freiné par le manque d’accès au remboursement

En attente d’un remboursement de l’Assurance-maladie, les tests qui permettent d’accéder à ces traitements restent en grande partie à la charge des hôpitaux publics et des cliniques privées. Une situation qui pèse sur leurs finances et conduit à une inégalité d’accès en France dans la prise en charge des patients.

« Il y a quinze ans, on sautait de joie à l’annonce ne serait-ce que d’une seule nouvelle thérapie ciblée ou immunothérapie. Aujourd’hui, il y en a des dizaines présentées à chaque congrès », se réjouit le professeur Jean-Yves Blay. De retour de l’ASCO, la grand-messe mondiale de la cancérologie, qui se tenait du 3 au 7 juin à Chicago, le directeur général du centre Léon-Bérard, à Lyon, et président d’Unicancer ne boude pas son plaisir : « Il y a encore beaucoup à découvrir pour mieux soigner les patients, mais c’est impressionnant de voir tous les efforts et progrès réalisés. »

Depuis deux décennies, la lutte contre le cancer, première cause de mortalité prématurée en France, qui emporte chaque année près de 360 000 femmes et hommes dans l’Hexagone, vit une révolution grâce au bouillonnement de la recherche académique et industrielle. Les chiffres en témoignent : entre 2002 et 2021, plus de deux cents nouvelles substances actives anticancéreuses ont obtenu une approbation commerciale dans le monde, dont plus de la moitié ces cinq dernières années seulement, calcule l’institut Iqvia.

Une ébullition due en partie à l’intérêt renouvelé des industriels pharmaceutiques pour ce marché, dont la valeur ne cesse de croître (en 2021, son chiffre d’affaires atteignait 176 milliards d’euros), mais aussi aux progrès effectués dans la compréhension des mécanismes de fonctionnement des cancers.

« Convergence de la science, de la technologie et des données »

Ces avancées scientifiques ont conduit à l’arrivée d’une médecine dite de précision, dont les thérapies ciblées, en plein essor, sont l’un des bras armés. L’idée est simple : adapter le traitement de chaque malade.

FILE PHOTO: Test tubes are seen in front of a displayed AstraZeneca logo in this illustration taken, May 21, 2021. REUTERS/Dado Ruvic/Illustration/File Photo

Par Zeliha Chaffin – Le Monde

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

Chine : les manifestations contre la politique zéro Covid continuent

Des disputes entre force de l’ordre et manifestants, c'est le genre de scènes qui se multiplient dans les rues des villes chinoises. Plusieurs personnes ont été arrêtées pour ne pas avoir respecté les ordres de policiers. Pour empêcher de nouvelles manifestations..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
10 + 16 =