« Arctic Blues » à Rennes : chercheurs et artistes s’associent pour montrer la beauté des pôles et les dangers qui les menacent

C’est une exposition à la fois belle et inquiétante que proposent Les Champs Libres à Rennes. Le fruit d’une collaboration entre scientifiques spécialistes des pôles et des artistes qui tend à restituer la beauté de cet environnement fragile et la certitude de la catastrophe. À découvrir jusqu’au 24 avril. 

La beauté d’un environnement extrême et la certitude de le voir se dégrader, voire disparaître dans les prochaines années. C’est de cette émotion paradoxale qu’est née Arctic Blues. Une exposition initiée par des biologistes brestois qui de retour de missions en Antarctique, se posaient cette question : comment parvenir à raconter ses émotions devant la beauté des pôles mais aussi la certitude de la catastrophe, dans un contexte de recherche scientifique ? Ils décident alors en 2013 d’associer des artistes de tous horizons à leurs expéditions polaires. Pendant sept ans, ils vont partager les missions en milieux arctiques et subarctiques.

Amalgame de l’art et de la science

L’idée est venue d’un chercheur qui ne parvenait pas à trouver les mots pour dire la beauté de la banquise sous laquelle il plonge mais aussi pour dire la catastrophe qu’elle lui annonce : « Quand on revenait en Bretagne, on n’arrivait pas à en parler, parce que les scientifiques ont des difficultés à exprimer leurs émotions, leur formation ne permet pas de le faire facilement. On avait des difficultés à exprimer à quel point ce que l’on était en train de voir était à la fois juste magnifique, juste poétique, et complètement en danger« , raconte Laurent Chauvaud, directeur de recherche au CNRS.

Photographie, vidéo, installation, écriture, création sonore, musique et fresque scientifique se répondent ou se heurtent pour créer cette exposition singulière, comme une tentative d’amalgame de l’art et de la science où les deux se révèlent. Comme avec les photos de Jean Gaumy, à première vue abstraites mais qui révèlent en fait la catastrophe annoncée. « Celle-ci c’est un bout d’iceberg photographié en pleine mer, et il porte la trace d’un morceau qui s’est récemment détaché. C’est le fruit d’une catastrophe, mais la photo est très esthétique« , explique Yves-Marie Guivarch, chargé de projets aux Champs Libres de Rennes.

Détail d'une photo de Jean Gaumy. (CAPTURE D'ÉCRAN FRANCE 3 BRETAGNE / E. PINAULT)
Détail d’une photo de Jean Gaumy. (CAPTURE D’ÉCRAN FRANCE 3 BRETAGNE / E. PINAULT)

« Arctic Blues » – exposition jusqu’au 24 avril 2022 – Salle Anita Conti – Les Champs Libres, 10 cour des Alliés 35000 Rennes – Entrée libre 

World Opinions + France Culture

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

Cinéma. « Avatar 2: la voie de l’eau », un réalisme numérique d’une richesse inouïe.. Vidéo

Treize ans après "Avatar", qui a approché les trois milliards d'euros de recettes, "Avatar 2: la voie de l'eau" reprend le chemin de l'astre Pandora. Si les images de jungle luxuriante ont fait place à un archipel marin stupéfiant, le message du film de James Cameron reste le même.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
50 ⁄ 25 =