Algérie : Les prix s’affolent à la veille du ramadan

Chaque début du mois du ramadan, les coûts des denrées alimentaires flambent. Cette année encore, les prix ont atteint des niveaux inégalés sur les marchés. A titre d’exemple, ce lundi 12 avril, les prix se sont affolés sur les principaux marchés des fruits et légumes de la capitale Alger. 

Ainsi, à la veille du mois de carême, comme chaque année, les prix prennent leur envol. Celui des haricots verts avoisine les 300 DA le kilogramme, de quoi décourager les clients. Le poivron est affiché à 100 DA le kg, le piment entre 100 et 150 DA et l’oignon à 50 dinars. Quant à la tomate et la laitue, elles sont est cédées à 150 DA le kilo chacune. Pour sa part, la pomme de terre est affichée entre 65 et 75 dinars, selon la qualité, et la courgette entre 80 et 100 DA. Le prix de la carotte a quasiment doublé en une semaine. Il est passé à 50 dinars aujourd’hui.

Par ailleurs, les prix des viandes restent très élevés. L’escalope de poulet est à 600 DA le kilogramme, alors qu’une cuisse de poulet est cédée à 200 DA. De son côté, le kilogramme des ailes de poulet est passé ces derniers jours de 150 à 250 DA. Quant au poulet, il s’est stabilisé autour de 320 et 340 DA le kg. Concernant la viande de mouton, elle est affichée à 1 400 dinars alors qu’elle se vendait à 1 200 dinars récemment.

Ces prix remettent en cause les engagements du gouvernement. Notamment ceux du ministre du Commerce qui avait assuré que le marché des fruits et légumes allait être régulé. Il avait également promis la disponibilité en quantité suffisante des produits qui connaissent une forte demande durant cette période de l’année. Des promesses qui restent non tenues à la veille du ramadan en Algérie.

World Opinions Eco – observalgerie.com

فضاء الآراء | مرآة المجتمع، ملفات، قضايا، تحليلات، آراء وافكار.. صوت من لا صوت له

Check Also

Maroc : un quart des cafés ont fait faillite

Incapables de résister à la crise sanitaire liée au coronavirus, près de 25 % des cafés et restaurants ont dû fermer définitivement. L’Association nationale des cafés et restaurants au Maroc appelle le gouvernement à la rescousse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
6 × 3 =