Affrontements à Jérusalem : vingt morts à Gaza au cours de représailles israéliennes

L’escalade se poursuit entre Israëliens et Palestiniens. Le mouvement islamiste Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, qui avait menacé Israël, lundi 10 mai, de représailles militaires si ses forces ne se retiraient pas de l’esplanade des Mosquées et du quartier de Cheikh Jarrah, à Jérusalem-Est, a tiré plus de cent roquettes sur Israël.

L’armée israélienne n’a pas confirmé ce chiffre. Elle a fait état de « salves de roquettes continues » et a affirmé qu’au moins 45 roquettes avaient été tirées vers Israël, la plupart en direction de la barrière frontalière entre Gaza et le sol israélien.

Dans la foulée, Israël a répliqué par une série de raids sur la bande de Gaza qui ont tué au moins vingt Palestiniens, dont neuf enfants, et fait de nombreux blessés. Ces frappes israéliennes sont les plus importantes depuis novembre 2019. L’armée israélienne a qualifié les tirs de roquettes de « grave attaque contre Israël » dont le Hamas devra subir les conséquences.

Plus tard dans la soirée, alors que des milliers de fidèles étaient rassemblés dans l’enceinte de l’esplanade des Mosquées pour la prière du soir, un arbre a pris feu, provoquant l’évacuation précipitée des lieux. La cause de cet incendie, visible à plus de deux kilomètres à la ronde, n’était pas connue dans l’immédiat.

Escalade des violences

Vers 18 heures (17 heures à Paris), plusieurs roquettes ont été lancées depuis l’est et le nord de la bande de Gaza vers Israël, où les sirènes d’alarme ont retenti dans des villages et des villes. Fait plutôt rare, des sirènes ont aussi été déclenchées à Jérusalem, située à plus de 80 kilomètres de la bande de Gaza, ce qui a notamment entraîné l’évacuation, selon les autorités, de l’esplanade du mur des Lamentations. Aucune victime israélienne n’a été rapportée dans l’immédiat.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a quant à lui condamné ce qu’il a qualifié de « terrorisme » israélien à Jérusalem. M. Erdogan a ainsi affirmé qu’il ferait « tout ce qu’il peut pour mobiliser le monde, notamment musulman, pour mettre fin au terrorisme et à l’occupation israéliens ». Dans son sillage, l’Iran a déclaré, par la voix de son ministre des affaires étrangères, Javad Zarif : « Il n’a pas suffi au régime israélien de voler les terres et les maisons des gens, de créer un régime d’apartheid et de refuser de vacciner les civils sous occupation illégale. Il a dû tirer sur des fidèles innocents à l’intérieur de la troisième mosquée la plus sacrée de l’Islam. »

World Opinions News – agences

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

Alireza Akbari: Iran executes British-Iranian dual national

British-Iranian dual national Alireza Akbari, who was sentenced to death in Iran, has been executed.

One comment

  1. Absolutely composed subject material, thankyou for entropy.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
2 × 9 =