Joe Biden redonne toute sa place au monument national de Bears Ears

Le président américain revient sur la décision de son prédécesseur, Donald Trump, d’amputer de 85 % la superficie de ce parc au sous-sol très riche.

Dans les tribus indiennes, l’anxiété n’avait cessé de monter. Et si Joe Biden ne tenait pas ses promesses ? Huit mois après l’investiture du démocrate, les Amérindiens sont soulagés. Par un décret signé vendredi 8 octobre, le président américain a restauré la taille du monument national de Bears Ears (Utah), désigné comme tel par Barack Obama en décembre 2016 et amputé de 85 % de sa superficie un an plus tard par Donald Trump. Le parc voisin de Grand Staircase-Escalante, créé par Bill Clinton en 1996, et réduit de 45 % par le républicain, a aussi été rétabli dans sa taille originelle.

Joe Biden s’est prévalu de la loi sur les antiquités de 1906, qui donne au chef de l’exécutif le pouvoir de protéger des zones d’intérêt culturel ou archéologique exceptionnelles. La région de Bears Ears, un sommet considéré comme sacré par les Navajos, reconnaissable à ses deux buttes en forme d’oreilles d’ours (l’une à 2 721 mètres d’altitude, l’autre à 2 760 mètres), abrite des paysages spectaculaires de canyons et de roches rouges couvertes de pétroglyphes enfouis dans le sable. En 2016, le paléontologue Robert Gay y avait découvert des centaines d’os de phytosaures, ancêtres des crocodiles, datant de quelque 220 millions d’années.

Donald Trump avait, lui aussi, invoqué la loi sur les antiquités pour annuler la décision de Barack Obama. Les associations de défense de l’environnement l’avaient poursuivi en justice, arguant de ce que la loi de 1906 a été conçue pour augmenter la protection d’un site, en aucun cas pour la réduire. Le New York Times avait montré que le ministère de l’intérieur avait établi le tracé du monument en coopération avec les représentants de l’industrie pétrolière et minière, intéressés depuis longtemps par la richesse du sous-sol de la région (gaz, charbon, uranium). Après la décision de M. Trump, le nom même de Bears Ears avait disparu des cartes et le point d’information pour les visiteurs avait été éliminé. Il va réapparaître, et des rangers seront affectés au monument.

FILE PHOTO: The view from Comb Ridge is pictured in Utah?s Bears Ears area of the Four Corners Region, Utah, U.S. December 18, 2016. REUTERS/Annie Knox/File Photo

Par Corine Lesnes(San Francisco, correspondante) – Le Monde

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

2022, année charnière pour l’environnement

Entre l’accord de Paris sur le climat, celui sur la biodiversité et les objectifs de développement durable, les avancées étaient loin d’être gagnées dans un contexte de multiples crises. Mais les promesses restent insuffisantes et leur mise en œuvre pose question.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 − 21 =