Ford pourrait supprimer jusqu’à 3200 emplois dans ses usines en Europe

Le constructeur automobile Ford devrait décider d’ici la mi-février du nombre d’emplois qui seront supprimés en Europe, a déclaré mardi un porte-parole du syndicat allemand IG Metall. Il pourrait y avoir jusqu’à 3200 postes concernés.

Les représentants syndicaux rencontreront la direction de Ford samedi pour la prochaine étape des discussions, a indiqué le porte-parole d’IG Metall, qui a menacé de provoquer des perturbations si le constructeur automobile américain persistait dans son projet de licenciements.

Les employés du site de Cologne se sont vu présenter lundi par la direction des plans, dont un visant à supprimer jusqu’à 2500 emplois dans le développement de produits et jusqu’à 700 dans des fonctions administratives. Un deuxième scénario serait également sur la table, a précisé le porte-parole, refusant de fournir des détails.

Changements liés à la transition électrique

Ford s’est refusé à tout commentaire, se référant à une déclaration du 20 janvier dans laquelle il indiquait que le passage à la production de véhicules électriques (VE) nécessitait des changements structurels et qu’il n’en dirait pas plus tant que les plans ne seraient pas finalisés. Le comité d’entreprise de Cologne a exigé de la direction qu’elle s’engage à ne pas procéder à des licenciements avant le 31 décembre 2032.

La production de la Ford Fiesta devant s’arrêter à Cologne cet été et celle de la Ford Focus sur le site de Saarlouis en 2025, le conseil a également exigé des plans clairs sur la manière dont Ford « assurera et développera une part importante du marché européen des voitures particulières ».

World Opinions – Reuters

ميادين | مرآة المجتمع، ملفات، تحليلات، آراء وافكار و رسائل لصناع القرار.. صوت من لا صوت له | الإعلام البديل

Check Also

En Espagne, un vaste trafic de déchets vers l’Afrique de l’Ouest démantelé

Une organisation ayant envoyé depuis les Îles Canaries plus de 5 000 tonnes de déchets électroniques dangereux à plusieurs pays africains, dont le Sénégal, le Nigeria, la Mauritanie et le Ghana, a été démantelée, ont annoncé les autorités espagnoles, mardi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
9 × 9 =