Tokyo 2020 – Cérémonie d’ouverture: Naomi Osaka a allumé la vasque olympique

Les Jeux olympiques, retardés d’un an par le coronavirus, ont officiellement débuté vendredi à Tokyo: les trois coups de cette quinzaine de sport ont été donnés lors d’une cérémonie d’ouverture sobre, parfois grave. La joueuse de tennis Naomi Osaka, dernière relayeuse, a allumé la vasque olympique.

« Je déclare ouverts les Jeux de Tokyo« , a solennellement déclaré l’Empereur du Japon Naruhito, selon la formule consacrée et attendue impatiemment par le mouvement sportif depuis que Tokyo a été désignée ville-hôte des JO 2020 en septembre 2013.

C’est bien le Covid qui a dominé cette cérémonie, entre hommage au personnel soignant, avec cette infirmière choisie parmi les porteurs d’un immense drapeau japonais, une vidéo de sportifs s’entraînant seul, en référence aux compétitions stoppées net par la pandémie, et un défilé, inédit, de sportifs masqués et observant, pour la plupart, des règles de distanciation sociale.

Ce contexte particulier était aussi au coeur du discours de Thomas Bach. « Aujourd’hui est un moment d’espoir, a souligné le président du Comité international olympique (CIO) devant des tribunes vides. Oui, c’est très différent de ce que nous avions tous imaginé. Mais profitons de ce moment, car enfin nous sommes tous réunis ici (…) Ce sentiment d’unité, c’est la lumière au bout du tunnel. »

A leur entrée dans le stade, pas d’applaudissements ni d’acclamations, mais les sportifs ont tout de même salué les tribunes vides et certaines délégations, plus joyeuses et nombreuses que d’autres, comme l’Argentine, la République dominicaine. Mujinga Kambundji et Max Heinzer étaient les porte-drapeaux de la délégation suisse, dont une vingtaine d’athlètes ont marché derrière l’étendard national.

World Opinions Sports / agences

فضاء الآراء | مرآة المجتمع، ملفات، قضايا، تحليلات، آراء وافكار.. صوت من لا صوت له

Check Also

Zimbabwe : Pénurie d’eau potable dans la capitale

De nombreux habitants de la capitale du Zimbabwe, Harare, sont toujours confrontés à une crise de pénurie d'eau potable trois ans après une épidémie mortelle de choléra, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui. Le gouvernement du Zimbabwe ainsi que le conseil municipal de Harare devraient agir d’urgence pour fournir l’accès à l'eau potable pour les millions de personnes qui en sont actuellement privées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
44 ⁄ 22 =