Frontière entre Pologne et Biélorussie : la crise diplomatique s’étend

Analyse. L’Union européenne discutera lundi 15 novembre à Bruxelles d’éventuelles nouvelles sanctions contre la Biélorussie alors que les migrants, instrumentalisés par Minsk, continuent de se masser à la frontière avec la Pologne. Moscou renvoie à l’Europe la responsabilité de la résolution de la crise.

« Il est clair que ce à quoi nous sommes confrontés ici, c’est à une manifestation de terrorisme d’État ». La déclaration conjointe du premier ministre polonais Mateusz Morawiecki, avec le président du Conseil européen Charles Michel, mercredi 10 novembre, en dit long sur le climat qui règne à Varsovie au sujet des migrants qui assaillent sa frontière.

Environ 3000 à 4000 migrants, principalement des Kurdes du Moyen-Orient, sont massés depuis plusieurs jours dans une zone boisée à la frontière orientale de l’Union européenne, sous des températures glaciales et face à un important dispositif polonais destiné à les stopper.

Les Européens accusent depuis des semaines le président biélorusse Alexandre Loukachenko d’alimenter les tensions en délivrant des visas à des migrants et en les acheminant à la frontière pour se venger des sanctions européennes adoptées contre son pays pour sa répression d’un mouvement d’opposition, après la présidentielle de 2020.

La Pologne est allée plus loin, accusant le dirigeant russe Vladimir Poutine, principal allié de Minsk, d’être le coupable de cette crise. Des accusations balayées comme « irresponsables et inacceptables » par le Kremlin.

Plusieurs interpellations

Les autorités polonaises ont signalé mercredi une hausse des tentatives de traverser la frontière et affirmé que certaines avaient réussi, sans en préciser le nombre.

Tomasz Krupa, porte-parole de la police régionale à Podlaskie, à la frontière avec la Biélorussie, a indiqué à l’AFP que plus de 50 migrants ayant franchi la frontière avaient été interpellés et que d’autres étaient recherchés.

« La situation n’est pas calme », a déclaré à la radio le ministre de la Défense polonais Mariusz Blaszczak. Si lundi il s’agissait d’un important groupe tentant de passer, il a indiqué que désormais de nombreux groupes plus petits « attaquent simultanément la frontière polonaise à plusieurs endroits ». Il a précisé que « quelque 15’000 soldats » protègent les frontières polonaises.

« Terrorisme d’Etat »

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a quant à lui accusé mercredi la Biélorussie de « terrorisme d’État » dans cette crise des migrants. Il s’est exprimé lors d’une conférence de presse conjointe avec le président du Conseil européen Charles Michel.

Mateusz Morawiecki a dénoncé une « vengeance discrète » du président biélorusse Alexandre Loukachenko pour le soutien de la Pologne à l’opposition biélorusse.

La Biélorussie rejette ces accusations et accuse la Pologne de violation des droits de l’Homme en raison de son refus d’autoriser les migrants à entrer sur son territoire.

De son côté, Charles Michel a déclaré que « des sanctions éventuelles (contre la Biélorussie) étaient à nouveau sur la table », précisant que les pays membres de l’UE allaient en discuter lundi.

World Opinions – Agences

فضاء الآراء | مرآة المجتمع، ملفات، قضايا، تحليلات، آراء وافكار.. صوت من لا صوت له

Check Also

Naufrage à Calais : le gouvernement accuse les passeurs, les associations pointent du doigt la responsabilité de l’État

Après la mort de 27 migrants au large de Calais mercredi, les réactions ont été nombreuses. Les autorités françaises et britanniques ont accusé les passeurs d’être à l’origine du drame. Les associations, elles, ont pointé du doigt la responsabilité de l’État qui ne cesse de militariser la frontière maritime et de précariser les conditions de vie des exilés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
22 ⁄ 11 =