Ethiopie : au moins 600 civils tués dans le « massacre » du 9 novembre au Tigré

Selon les chiffres avancés mardi par une institution publique indépendante éthiopienne, au moins 600 personnes ont été tuées au cours du « massacre atroce » perpétré par des miliciens tigréens au début du conflit dans cette région dissidente le 9 novembre.

La Commission éthiopienne des Droits de l’Homme (EHRC) parle d’un « massacre atroce », au bilan terriblement lourd. Au moins 600 personnes ont été tuées au cours d’une attaque perpétrée par des miliciens tigréens le 9 novembre à Mai Kadra, localité du Tigré, au début du conflit dans cette région dissidente du Nord de l’Ethiopie, a indiqué cette institution administrativement indépendante, mais dont le directeur Daniel Bekele a été nommé par le Premier ministre Abiy Ahmed. 

La Commission accuse, dans un rapport préliminaire, une milice informelle de jeunes Tigréens et les forces de sécurité loyales aux autorités locales d’être les auteurs du « carnage » visant des paysans saisonniers non-Tigréens.

Une région dissidente  

C’est la première fois qu’un grand nombre de décès civils est rapporté depuis le début, le 4 novembre, de ce conflit qui oppose le gouvernement du Premier ministre Abiy Ahmed au Front de libération des Peuples du Tigré (TPLF), le parti au pouvoir dans cette région dissidente du nord du pays. Une intervention lancée pour rétablir des « institutions légitimes » au Tigré, selon Abiy Ahmed, après des mois de défiance envers le pouvoir central et une attaque par les forces du TPLF de deux bases de l’armée éthiopienne. 

Trois jours après l’attaque du 9 novembre, le bombardement de l’aéroport d’Asmara, la capitale érythréenne, par le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), avait marqué une escalade dans le conflit. Selon Debretsion Gebremichael, président de l’exécutif régional du Tigré, ses forces sont engagées dans un conflit contre l’Erythrée, en plus des combats contre les troupes gouvernementales éthiopiennes. Les autorités tigréennes accusent Asmara de prêter main-forte à l’armée éthiopienne. 

Au moins 25 000 Tigréens fuyant les combats se sont réfugiés au Soudan.

World Opinions Freedom/agences

فضاء الآراء | مرآة المجتمع، ملفات، قضايا، تحليلات، آراء وافكار.. صوت من لا صوت له

Check Also

Esclavage moderne : des hommes et des femmes victimes d’une criminalité invisible

Mal connues et difficiles à identifier, les affaires de traite d’êtres humains aboutissent rarement en justice. Les victimes, majoritairement des étrangers en situation irrégulière, n’ont souvent aucun recours pour dénoncer leur employeur malveillant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 × 13 =